C'est rentable un abonnement SNCF ?

Nouveau petit week-end à l'ACF. Et rapide compte-rendu.

J'arrive un peu naze vendredi soir et enchaîne déchatte sur déchatte. Deux quintes floppées battues river, set/full vs overset/full, etc etc. Quasiment tout rentre, mais rien ne tient et je commence à bien manger quand je décide, cette fois, de faire un break. L'expérience a payé...

Un petit tour au bar, le temps de manger un morceau, et j'attaque une nouvelle table. Rien d'exceptionnel même si ça se passe déjà mieux (avec un débile mental à la table qui paie tout et n'importe quoi), bien que encore (légèrement) perdant quand le pote chez qui je loge m'appelle. Dernier tour, promis juré!, et oh! une paire d'as utg+1. Je limp, payé payé, une relance, payé partout, je pousse la boîte et tient bon contre trois joueurs malgré un flop à faire dans son froc. Bilan de la soirée : un petit -150. Et un constat étonnant : c'est ma seconde session négative à l'ACF. Et je portais le même caleçon. Pas superstitieux pour un sou, le kipik. Mais, là, je sais déjà que ce caleçon, pourtant parmi mes préférés, ne connaîtra plus jamais l'ambiance enfumée des salles de poker...

Une bonne grosse nuit de repos plus tard, back to business.. avec un nouveau caleçon et une forme d'enfer. J'ai une assez bonne table pour commencer, ça joue plutôt soft mais je vais tout de même laisser ma première cave de 100 € avec overpair (valets) contre brelan. Un joli piège. Je vais tranquillement regagner cette cave en multipliant les petits coups. Puis enchaîner deux gros pots avant que la table ne casse pour le tournoi de 21h. Dommage, mais +460 tout de même.

Le temps de me restaurer au bar et de souffler un peu, mon nom se retrouve en tête de la liste d'attente. Et je me vois attribuer la même place (7) à la principale qu'il y a un mois. Je prends ça comme un bon signe et ne serai pas déçu. J'aurai cette fois en plus l'avantage d'avoir un joueur au style très proche du mien assis à ma gauche. Non seulement l'action va se centrer sur nous deux toute la nuit en profitant des deux potes tight weak qui nous entourent, mais, en plus, on va plus ou moins volontairement éviter de se tirer dans les pattes. Pas beaucoup de gros jeu, par contre, mais plein de connecteurs qui vont faire un max de dégats. Et, au petit matin, le bilan est sans appel : j'ai plus de 1300€ devant moi. Le style Loose Semi-Passif pf, très aggro postflop a encore payé : étonnant comme, chaque fois qu'un de mes tirages rentre, personne ne m'y voit. Il y en aura même un (un jeune américain avec qui j'avais déjà joué lors de mon précédent passage) pour se mettre plusieurs fois de suite à tapis juste quand je touche...

Pas beaucoup de mains notables, si ce n'est deux jolis chattages : JQ au CO que je relance. Pas de surelance et un flop JQ7 (il me semble) qui me va à merveille mais le BB envoie, et gros. J'avais relancé la dernière fois que j'avais eu double paire contre lui et je choisis donc d'inverser en payant simplement. Le turn est un baby et il envoie son tapis. Vu son style tight weak, le brelan de 7 semble le plus probable. Mais je peux tout de même difficilement réduire à si peu son hand range et paie... pour trouver un J river. Il ne montrera pas sa main mais j'ai tout de même grassement remercié le croupier ;)

L'autre main est encore pire : je relance avec ATs et me retrouve en hu contre un excellent joueur habitué des 100+. Le flop Q9x, un coeur, ne me convient pas du tout et je check pour le voir envoyer son (tout petit) tapis. Entre mon check, le niveau du joueur et son habitude des limites supérieures, ainsi que la faiblesse de son stack, je paie en le mettant sur un hand range quasiment infini... à tort puisqu'il montre un Q9 qui me condamne à un runner runner. La "croupière" sera charmante et choisira la voie du backdoor flush. Faut pas m'en vouloir, j'aime pas les petits tapis ;)

A l'inverse, j'aurai tout de même assuré un bon jeu toute la nuit, bien agressif (post flop, donc, si vous avez suivi) et signé mon premier call river avec K high avec de l'action sur les streets précédentes en mettant à juste titre mon adversaire (ce cher jeune américain qui va ensuite joliment tilter en cherchant à tout prix à m'avoir) sur un tirage loupé. Toujours aussi jouissif. Et même tellement plus en live avec les réactions à chaud de la table :)

Histoire de casser un peu le rythme et m'éviter de m'endormir à la table, vu que je pique de plus en plus du nez, j'enchaîne avec le tournoi à 30€ du matin mais laisse quasiment la moitié de mon stack sur un AK qui loupe complètement le flop et joue ensuite très mal en mode shortstack. A oublier très vite.

Restait à tuer quelques heures avant le tournoi club poker. Une belle table s'est montée avec des habitués de la 100. Et je vais dérouiller. Entre la fatigue qui ne passe pas et me rend apathique, une absence totale de jeu (une seule belle main, JJ, qui trouve AA en face) et une table totalement déglinguée (ça ne chasse pas la fatigue mais ça réveille tout de même !) où la moyenne des tapis décolle rapidement (à part les blinds, ça ne ressemble en rien à une 30), je vais prendre une bonne petite leçon de poker. Pas trop en chatte en plus, un seul tirage rentrera... mais ma couleur (en 4 cartes) est un peu basse et je me fais joliment bluffer alors même qu'en "cuisinant" mon adversaire j'obtiens une réaction qui ne trompe pas. Hélas, je suis en plein doute et je pousse le raisonnement un pas trop loin : le kipik, il complexe et se la fait gentiment mettre. Je vais tout de même pouvoir réduire la facture avec la dernière main avant que la table ne casse pour le tournoi en poussant à tapis pf avec AQs que seul un(e) généreux AT paiera. Finalement, c'est pas cher payé du tout !

Et place au tournoi après deux nouveaux doubles cafés pour garder les yeux ouverts. La tonalité générale de ce tournoi : pas de jeu (3 paires, TT et deux fois pp2, pas un AK, juste un AQ) mais des flops bien exploités et le poil de chatte qui va bien avec.

Je commence par bien profiter des deux premiers tours de table. Personne n'a envie de sortir en premier, il y a donc moyen de prendre un peu de jetons. Quelques mains, des petits pots, et je monte rapidement de 150 à 220 chips; soit de quoi encaisser un mauvais coup contre des tapis un peu fragilisés. Et je dois me calmer, j'ai un donk parfait, deux à ma gauche qui paie tout et profite de ce que personne n'ose aller le chercher quand il envoie sur des tirages évidents. Bande de weaks !

La table casse quand le donk shoot un AA slowplayé et je me retrouve de nouveau entouré de tight weaks mais avec un énorme tapis plutôt LAG juste à ma droite. Et un joueur qui n'a pas peur de défendre sa BB, et sait le faire, dans ma position de vol préférée. Mon premier essai mangera un tapis. J'arrive à arracher un pot ensuite. Puis relance à tapis du BB sur un raise du CO. Il paie avec KK (il y a des limites à la weakness, nice read de ma part) et je me retrouve à supplier le croupier avant de prophétiser un as river... qui tombe comme dans un rêve. One out et un stack suffisant pour aller me frotter à mon voisin de droite. Ou pour calmer le défenseur de BB. Je vais tenter un premier essai peu après en relançant quand il limp son SB et me retrouve bien dans la merde quand je vois UTG payer... je ne l'avais pas vu celui-là. Du coup, je n'insiste pas avec mon KT, le gars est tellement tight que c'est peine perdue (pour m'en assurer, il montrera d'ailleurs sa main...). Nouvel essai le tour suivant quand il relance cette fois. J'ai A7 et paie tranquillement. Le flop est un loupé complet (KQX, deux coeurs) et je passe en mode interrogatoire convivial : "t'as touché ?". Mutisme avec un petit sourire en coin. "Parce que, moi, j'ai touché". Changement complet d'attitude, il me demande "Queen ?" et je paie pépouze son continuation bet. Le turn est un 7 qui rentre la couleur, on check. La river une brique et il ne paie pas mon bet. Pour la forme, je vais montrer ma main histoire qu'on évite mon BB.

La suite sera anecdotique mais j'arrive au break avec un joli stack. Et une nouvelle table à découvrir. Où je joue deux mains avant d'être encore déplacé. Je limp une paire de 2 pour me retrouver contre les blinds et trouve un 2 sur un flop low. Le BB bet, je paie ainsi que le SB. La turn offre une jolie doublette, les BB check et j'envoie généreusement. Le SB paie son tapis avec tirage couleur, merci. J'enchaîne avec ppT mais me fait check-raiser all-in sur un flop K high. Hélas, entre le (très improbable) bluff, la possibilité d'un tirage en push, que je trouve mon set ou une backdoor flush ou quinte... les maths sont ce qu'elles sont, j'ai la cote mais ne trouve rien. Une petite claque sans trop de gravité.

Et on enchaîne avec une nouvelle table. Pas mal de jolis tapis, cette fois. Je suis dans la bonne portion de la table mais il y a du répondant. Pas de gros jeu mais quelques vols pf ou au flop (un joli 56 limpé utg, checké tout du long sur un board de folie, je tente un arrachage à la river et tout le monde fold après maintes hésitations en se tordant le cul) me maintiennent à flot et je vais même en tenter un de très loin avec J2 que je montre histoire d'inciter un peu au call, ça fold beaucoup trop sur cette table. Mon tapis va ensuite passer sur orbite avec une défense de blind un peu bornée comme je les aime :

bouton relance x3, je paie avec K9o. Flop KXX, deux coeurs (j'ai le roi). Je check, il bet un peu trop gros à mon goût et je paie. Le turn est la dame de coeur et je m'aprête à envoyer quand je le vois faire littéralement un bon sur sa chaise. C'est bon, je connais sa main et vois mal comment le faire coucher double paire. Je check donc et il commet l'erreur classique du jeu qui s'améliore en misant bien trop peu. La river est un coeur (ils sont bons ces dealers, je veux les mêmes sur PS!) et j'envoie gros mais juste un peu moins que son tapis qu'il finit par payer (autant dire que j'avais raison en supposant zéro fold equity au turn...).

J'arrive donc au break avec un énorme stack. Assez, en tout cas, pour rentrer dans les places payées sans remuer le petit doigt. Je décide pourtant de faire exactement l'inverse et d'accepter tous les gambles "valables" histoire d'avoir la chance de monter un mega stack pour assurer une table finale tranquille plutôt que d'avoir à slalomer pendant deux heures. Hélas, aucun des deux gambles (A9 vs AQ et KJs vs AK) ne paiera et je me retrouve à jouer le plan B : shortstack ninja jusqu'en demi-finale et à la grâce de dieu. Qui ne s'intéresse plus à moi et me fait sortir en début de demie avec AJ vs KQ. ITM pour la seconde fois en trois participations, ça reste honorable mais tellement frustrant. Pour autant, pas de regrets. J'ai choisi une stratégie et accepté de payer quand la cote était bonne, je continue de penser que la victoire est à ce prix et pas en mode "j'attend un monstre". Mais que ça fait mal à la rondelle quand ça ne rentre pas ;)

Reste ensuite à se restaurer, compter les bénefs et aller se coucher. L'envie est grande de me remettre au cash game mais je reste raisonnable. +1200€ est un bon résultat, mon troisième week-end de suite au-delà des 1000 de bénef. Et ma fatigue me laisse penser qu'une partie de plus serait très probablement une partie de moins...

C'est tout ce kipik pour aujourd'hui, qui essaie de retrouver ses marques online...

  1. gravatar

    # by Vicnent 31415 - 8:24 PM

    "Well done" mon garçon !
    à 1000€ net après impot le WE, c'est la classe. (et la retraite au fait ?)

    il faut m'envoyer une photo de toi (pour que je te reconnaisse... hein...) pour quand tu reviendras à l'ACF (je suis à coté) et les dates (parce que moi aussi je vais venir).

  2. gravatar

    # by Anonyme - 8:27 PM

    Bravo à toi Kipik, on s'y croirait...
    Je suis fan de ton blog.
    Don't fold it !

    Mizar2001

Related Posts with Thumbnails