une semaine sans

je ne sais pas pourquoi mais ça me fait la même chose chaque fois que je vais jouer à l'ACF : impossible, ensuite, de jouer online. Du coup, semaine sans poker (ou presque), sans trop la forme et... sans blog.

Pas grave, ça m'a au moins donné le temps de faire tout un tas de trucs en retard, à commencer par ce foutu roman qui n'avançait plus depuis des semaines. Et de fêter ça avec des amis que je ne vois jamais assez souvent.

Fin du break. Enfin, j'espère...

Donc, revenons-en là où je vous ai laissé : le tournoi Club Poker de dimanche dernier. Même si je fais une perf correcte sur ce tournoi, il m'a laissé une impression bizarre. Pour le moins mitigé.

Tout commence pourtant comme dans un plan sans accroc. Ma table est bien tight et pas vraiment aggro. J'en qualifie même assez vite plusieurs de weak. Bilan, je peux rentrer dans un max de coups pour pas cher; on me laisse tirer pour des coûts plus qu'acceptables (un coup à trois sera checké flop et turn pour que je touche un brelan de 8 à la river); et un raise conséquent fait en général gagner la main.

La première main est d'ailleurs significative : je rentre en bonne position avec T6s (une main qui me fera gagner trois pots dans la journée, d'ailleurs) dans un multiway, le flop est insignifiant et checké jusqu'au joueur avant moi qui bet quasiment le pot. Je le relance en triplant sa mise sur mon tirage couleur et il se couche après deux heures de réflexion.

A ce petit jeu-là, on risque bien sûr gros. Et je me retrouve à deux doigts de la fessée : K6s en main, flop K69, ma mauvaise position me contraint à checker mais personne ne prend l'initiative et je me vois contraint d'ouvrir sur une dame au tournant. Un joueur plutôt aggro (si, si, il y en a tout de même) n'hésite pas une seconde avant d'envoyer tout son tapis. Je le couvre, je ne le vois pas sur un K ou un set... reste JT comme danger probable. J'arrive à me convaincre qu'il aurait tenté de gagner au flop avec JT et call... pour découvrir qu'il l'avait bien (ben non, en fait, pas vraiment de joueurs aggros à cette table, lol). Pas grave, la river me sauve avec un joli 6...

Hélas, ce coup de chance, s'il me sauve, va aussi perturber mon jeu pour un bon moment. Je me vois trop beau. Je me sens trop en veine. Et, comme souvent, je commence à jouer plus weak (sous la protection de ma bonne étoile, que peut-il m'arriver ?)

Le premier coup douteux du tournoi ne tarde alors pas à pointer son nez. Je touche ma troisième paire de 8 de la journée (en à peine une heure), call simplement un raise du BB, laissant du coup rentrer le SB qui ne se prive pas de faire directement un gros bet sur un flop T high avec tirage flush. Le BB se couche et j'hésite très, très longtemps avant de suivre. Non seulement son move me semble suspect mais en plus je pense pouvoir gagner le coup s'il montre de la faiblesse ou si la couleur tombe (ou si elle ne tombe pas mais que ça le gratte quelque part). Hélas, le turn n'apporte rien de nouveau. Et surtout pas de la faiblesse. Hélas, poussé par ma bonne étoile, je joue à fond la calling station et perd un énorme pot vs KT.

Un coup qui me coûte cher. Très cher. Beaucoup trop cher. J'avais quasiment triplé mon stack de départ, me voici quasiment revenu à zéro. Pas du tout le plan prévu. Et, pour empirer les choses, commence alors une longue traversée du désert. Pas de bonnes mains. Pas les jetons pour s'en inventer. Un jeu qui se durcit. Un call de petit stack qui ne tient pas...

La table casse et je suis à moins de 150 jetons.

Pour couronner le tout, ma nouvelle table n'a rien de bien réjouissant : du gros stack, des habitués de l'ACF et un PP le Bandit qui, heureusement (de mon point de vue, bien sûr), se retrouve vite shortstacked. Et passablement tight. De toute façon, un joueur seul semble faire l'essentiel du jeu à la table, relançant quasiment chaque main préflop. Je décide donc de ne pas bouger, j'essaie de me faire petit à cette table le temps qu'on me mette l'étiquette tight et un minimum de respect... et je craque quand je me retrouve de BB avec 84s sans pour autant vraiment oser attaquer le flop alors qu'il check tout du long (avec son mauvais As, comme prévisible).

L'information est certes intéressante mais elle est hors de prix dans ma situation. Non seulement je n'ai aucune image réelle du joueur et suis donc incapable d'attaquer mais en plus ce coup stupide me propulse sous les 100 jetons alors que les blinds passent à 5/10.

Pas de panique pour autant. Mais obligation de trouver assez rapidement quelque chose pour remonter la pente.

L'occasion arrive au BB suivant. Six joueurs limpent, je boîte sans vraiment regarder mes cartes (QX) et repasse à 150 (un joli M10). Tout est encore à faire mais, au moins, rien n'est encore perdu.

Ce sera sur une autre table, celle-ci ne tenant pas longtemps ensuite. La nouvelle est intéressante, avec quelques "connaissances" : Albatros (Aladin Team, un blog intéressant à lire, d'ailleurs) à ma droite, smit-ers deux sièges à gauche. Pas l'idéal. Entre le premier que je sais bien aggro (merci pour le blog ;) ) et le second capable d'être ultra-loose et me connaissant bien, je sais déjà que ma marge de manoeuvre sera très étroite. Je laisse passer un tour sans bouger puis boîte utg avec JJ qui ne trouvera personne. J'hésite à montrer puis me dit que, vu la table, je n'attaquerai sans doute pas les blinds sans rien. Autant laisser planer le doute, surtout que certains semblent déjà persuadés que mon move était un vol (???)...

Mais, ça devient une habitude aujourd'hui, je fais très vite une entorse au plan quand, pour la première fois, toute la table fold jusqu'à moi au cut-off. Je n'ai que K5 mais tant pis. Le gars au BB a montré beaucoup de faiblesse. Reste à faire se coucher smit-ers. Histoire de l'induire en erreur, je tente un raise faible (75 au lieu du tarif de 100 en vigueur)... qui ne marche absolument pas :) mais suffit néanmoins au BB. Flop AA4, on check. Turn 5, smit check, je bet 50, il raise à 100 que je call sans trop hésiter. Un 2 à la river me flanque une peur panique, quand on connait l'animal, on n'a aucun mal à l'imaginer relancer le turn avec un 3 en main...

Il n'avait heureusement que 74 et me fait là une bien belle livraison qui me relance juste avant la pause. Une paire d'as qui tient face à A9 conclut en beauté une remontée qui ne fut pas de tout repos.

L'après break est nettement moins glorieux. Plus du tout de jeu. Des pots automatiquement relancés, impossible de jamais attaquer les blinds. J'ai l'oeil rivé sur les écrans plasma à calculer mon M en permanence. J'ai le cerveau qui commence à s'échauffer vu que toutes mes relances se heurtent à de très grosses mains quand mon voisin passe comme dans du beurre.

Bilan, je me fais avoir comme un bleu quand je touche enfin une belle main (AT) qui se retrouve relancée (une fois de plus, une fois de trop) à tapis par un joueur ultra-tight. Je me sens dominé. Je me sais dominé. Mais je ne peux me résoudre à me coucher malgré le prix demandé (+200 sur mon raise de 150, mon tapis doit être légèrement au-dessus de 800). Il a AK; pas de miracle.

Quelques mains plus tard et la première paire que je touche depuis longtemps (les dix), rentre dans les valets de smit-ers. Toujours pas de miracle... si ce n'est que je le couvrais en jetons.

Je sauve donc l'essentiel. Mais me voici short de chez short avec un M qui dépasse à peine les 2. Un bon drame qui va me forcer à faire un move très rapidement avec la moindre main un tant soit peu intéressante. J'enchaîne hélas les J2, 83, 94... Rien au-dessus du valet. Rien de connecté. Rien d'assorti.

Un tour passe. Mon M sombre à 1 et quelques broutilles derrière la virgule. Et toujours pas la moindre main exploitable (j'ai même pas dit bonne) jusqu'au BB suivant où mon tapis devra y passer quoi qu'il arrive. Je frémis un peu quand le joueur tight de l'épisode AT relance gros (ok, grosse paire) et découvre... 74s. C'est connector. C'est assorti. C'est la fête. Je boîte en annonçant que j'ai un tueur d'As (mon pire bad beat à l'ACF : AA vs KK vs QQ vs 74s, tous tapis préflop et 74 win sur full. Un truc de ouf dont on ne se remet jamais...). Il n'a que QQ mais c'est le même tarif : flush à la river... un plan sans accroc :)

J'en profite pour annoncer que, vu ma chance, je vais faire tapis avec n'importe quelle main à l'avenir et le prouve deux fois de suite sans que personne ne cherche à vérifier jusqu'où peut aller ma chance du moment...

BB suivant, Albatros complète du SB. check-check au flop, il bet au turn mais mon T7 vient de trouver son tirage quinte ventrale et un 6 à la river me permet un joli value bet.

Nouveau BB (le reste des positions doit être trop compliqué à jouer pour moi), et, cette fois, Albatros balance directement son tapis. Je regarde et découvre une superbe paire de 9. Le call est instantané, le comptage de jetons nous apprend que nous sommes tous les deux à 470 et mes 9 tiennent pour un joli doublé au jeton près qui me replace au-dessus de la moyenne. Que demander de mieux ?

Main suivante, UTG relance mais je ne le sens pas trop confiant et call bêtement avec QJs au lieu de balancer mon tapis (je le couvre assez largement) comme j'en ai d'abord l'intention. Le BB, ultra tight, qui boîte derrière me prouve que, finalement, mon choix n'était pas si mauvais... Ses As l'emportent mais le flop me donnait une splendide quinte.

Dommage, mais rien à regretter. J'ai choisi la sécurité à l'approche des places payées (il ne doit rester que deux ou trois joueurs à sortir) qui me semblaient un objectif raisonnable étant donné le stack que j'avais quelques dizaines de minutes auparavant...

La suite sera assez anecdotique jusqu'à mon élimination en 14ème place avec AQ vs AK et 99 sans avoir reçu beaucoup d'autres mains (juste un AJ), ni jamais avoir eu l'occasion de pouvoir bouger, un joueur au sommet d'une montagne de jetons pilonnant pot après pot.


Au final, un bilan plutôt mitigé :

  • pas beaucoup de gros jeu (une fois AA, JJ et TT, trois 88, pas un seul AK, un seul AQ qui me sera fatal)
  • pour autant, je n'en ai pas eu vraiment besoin, ayant bien réussi à m'en inventer ou à exploiter pas mal de flops
  • la chance a été avec moi aux bons moments. Rien de honteux mais ça aide bien tout de même...
  • je ne le méritais pourtant pas, trop de mains mal négociées (le call avec pp8 alors que je n'ai pas le moindre début d'indice que la double démonstration de force qu'on me fait soit du pipeau, le call du BB avec 84s sans réelle info sur le joueur ni les moyens de risquer un arrachage, le call de frustration avec AT vs AK... pour les principales erreurs)

Maintenant, je termine tout de même dans les places payées mais ces quelques mauvaises mains (et trois, au moins, c'est déjà beaucoup trop sur un tournoi de ce type) m'ont forcé à arriver qu'en passant par la case short-stack et en sortant chanceux de situations trop aléatoires.

On va mettre ça sur le compte d'un manque flagrant de tournois ces derniers temps. J'ai beaucoup trop souvent des réflexes de cash games est c'est une erreur qu'on paie vite cher. Rendez-vous sans doute en février à l'ACF. Et bien plus tôt sur ce blog ;)

  1. gravatar

    # by RexWoo - 9:56 AM

    Les comptes rendus de tournoi sont toujours interessants.

    Merci beaucoup

  2. gravatar

    # by kipik - 5:25 PM

    bah! eh! sinon, pourquoi me serais-je fait chier, hein ?

    Il est tout de même dommage qu'on doive être plus imprécis dans un CR live qu'online, alors même qu'on joue avec plus d'informations

  3. gravatar

    # by Anonyme - 7:37 PM

    Salut, je suis le mec tres weak a ta gauche sur ta premiere table a l'ACF. Nous nous sommes meme retrouvés plus tard a une autre table, c'est contre moi que tu refuses de coucher ta paire de 8 et que tu perds tout le benefice du debut de tournoi.
    Je dois avouer ne pas avoir compris ta maniere de jouer sur le moment.A la river tu as checké e j'ai hesité a relancer une fois de plus, jaurai aimé savoir si tu m'aurais suivis ou relancé.
    Sinon bravo pour ta performance et peut etre a une prochaine fois.

  4. gravatar

    # by kipik - 9:06 PM

    ah non, toi je ne t'avais pas jugé weak. Plutôt calling station (après l'épisode du JT, difficile de faire autrement) ;)

    et tu as de la chance, je n'ai toujours pas compris ma façon de jouer ce coup :)

    mais non, je n'aurais rien payé de plus à la river. Ou alors un bet suspect mais j'avais envisagé d'envoyer lourd dans ce cas (et ça m'aurait embêté vu l'image que j'avais de toi, pas sûr que tu te serais couché...).

  5. gravatar

    # by Anonyme - 12:13 PM

    Ici, Deadline ;-)
    la prochaine fois que tu viens faire un tournoi a l'ACF, peux tu me mailer.
    que je passe te voir
    A + et gg si tu as fini dans les places payées.

  6. gravatar

    # by Anonyme - 12:16 PM

    Ici Deadline,
    mon kipik, la prochaine fois que tu viens tournoiyer a l'ACF
    mail moi , que je passe te faire une bise :-)

  7. gravatar

    # by kipik - 3:44 PM

    ben... tu traines pas sur nutwerx ? J'avais annoncé que je passais, notamment pour une petite soirée le lundi chez le grillon.

    Mais, maintenant que tu me le dis, c'est vrai que je ne t'ai pas souvent vu là-bas...

    bon, no sé si j'y vais en février. Mars, certainement.

Related Posts with Thumbnails