Doomswitched

A l'exception d'un semi bon run dans un $11 Rebuy lundi soir, mes dix dernières sessions de tournois ne furent qu'un interminable calvaire. Pas, du coup, de grosse envie d'écrire : ni pour le blog, ni même ma chronique. Ce qui m'étonne moi-même : en général, quand le poker ne va pas, je compense par une envie d'écrire. Qui me remonte le moral, me redonne envie de jouer et me remet en selle. Cette fois, pas du tout.

Je ne vis que dans la frustration. Rien ne tient. Rien ne rentre. Rien ne marche ou même ne chatte. Et je vais cesser là la litanie de mes misères. Pour résumer en disant que ça ne va pas fort. Doux euphémisme...

Pour autant, eh! bien, ça va. Les fins de nuits sont dures, avec la tête douloureuse à force de steamer. Mais la descente est plutôt rapide, le sommeil réparateur et l'envie bien présente chaque jour; frais et dispo pour une nouvelle séance de torture.

Je ne vais pas non plus prétendre jouer de mon mieux. Mais, en même temps, difficile en ce moment de faire le tri vu que, quelle que soit la ligne choisie, je semble voué à perdre.

C'est comme ça, faut faire avec. Ou plutôt sans. Prendre ça comme un test imposé par les "Dieux du Poker", ces "sales grosses p***" qui s'amusent à nous voir trépigner. Et taper du poing. Et vociférer et que sais-je encore...

Un jour (prochain, j'espère), j'arriverai à gagner une main contre un abruti de limper. Là, j'en suis fermement à me demander s'il n'y a pas un bug dans l'appli PS qui fait gagner systématiquement le con qui limp. Et, après tout, ils n'ont pas tord : la value préflop et la fold equity, c'est de la bonne grosse daube; ce qui compte, au poker, c'est de smasher le flop.


Je suis désolé pour ce post sans queue ni tête. Je devrais d'ailleurs l'effacer directement. Qu'il ne voit pas le jour! Que je ne puisse jamais en avoir honte... Le pire, c'est que me lamenter sur mon triste sort ne me fait même pas de bien.

Mais je vais le garder. Tant pis pour mon amour-propre. Je ne sais juste plus quoi faire. J'ai même tenté cette nuit le continuation bet all-in pour 6 fois le pot. Pour perdre contre une gutshot.

Comment peut-on franchement se plaindre qu'un adversaire soit assez mauvais pour payer 6 fois le pot avec juste un ventrale ???

Je me fais l'impression d'être un diabétique enchaîné dans une confiserie (si vous êtes diabétique, pardonnez l'image) : de la dead money à ne plus savoir qu'en faire... mais qui me pète systématiquement à la gueule dès que j'essaie de la ramasser.



Fin du coup de gueule. Je n'avais vraiment rien de bien intéressant à dire, de toute façon. Juste cet immense sentiment d'impuissance qui est probablement pire que tout. Contrairement à ce qui se dit souvent, sauter de ses tournois en prenant les bonnes décisions n'a rien de réconfortant. Si au moins je pouvais de temps en temps mettre un petit badbeat, ça me remonterait le moral. Mais même pas... :(

Allez, j'ai dit que j'arrêtais. Arrête, kipik!
On va s'en inspirer pour la Chronique, en retard comme toujours. Me demande bien qui a eu l'idée de génie que ce serait tous les mardis ? ;)

Et ce sera tout ce kipik au fond au fond au fond pour aujourd'hui
(mais on rebondira, no souci. Ou je terminerai à l'HP avant...)

Reblog this post [with Zemanta]

  1. gravatar

    # by Rémy - 12:12 PM

    Par périodes je me dis aussi que la théorie, l'aggressivité, la fold equity et le reste, c'est du bullshit.

    Faut chatter, rien d'autre.

    Tout ce qu'on essayer de te conseiller, tu l'as sans doute entendu des centaines de fois : prendre du recul, s'aérer l'esprit, faire du sport. Pourtant on n'a toujours qu'une envie : relancer une session pour se refaire et reprendre le dessus, en montrant bien aux donks que leurs moves sont perdants. Peut-être une petite part de masochisme, tant on s'y lance en victime, d'avance.

    Je crois que tu avais commencé à bien cerner les BI/fields qui te permettaient d'imposer ta technique. Peut-être que des courtes sessions sur ces fields, sans trop multi, et en essayant de bien profiter des pauses, te permettrait de remettre les choses en ordre... (?)

    Courage !

  2. gravatar

    # by Hurricane - 12:53 PM

    Douce variance. Tu as passer un début de mois que tu attendais depuis longtemps. Une perf 3k, une autre à 1.2k, ne l'oublie pas.

    Tu sais aussi bien que moi qu'au poker il y a des jours ou tout rentre, et d'autres ou tu ne gagnera pas un 80/20. Le tout est d'être encore là au moment importun.

    Sa passe pas pour le moment, mais sa va revenir, c'est sur. gogogo !

  3. gravatar

    # by Anonyme - 5:27 PM

    La petite image c'est pour les éventuels stackeurs ou simplement une coïncidence?
    Te laisses pas aller tu finiras bien par tous les niquer.

  4. gravatar

    # by Anonyme - 7:55 AM

    Comme le disait Milan Kundera, je cite de mémoire "rien ne sera réparé et tout sera oublié". Le poker est un parfait reflet de la vie, où on se heurte à des meutes de crétins qui nous piétinent la gueule d'autant plus joyeusement qu'on a raison contre eux. Et quand ils se retrouvent dans la mouise, ils disent quoi? "Oh, toi, de toute façon, tu vois toujours les choses en noir."
    Courage, ami Kipik. Les bons ne gagneront peut-être pas, mais ils auront fait de leur mieux.
    Un dernier truc, plus spécifiquement poker : il n'existe pratiquement plus de fold equity, même aux plus hautes limites. Le seul espoir, c'est que les saboteurs finissent fauchés.

  5. gravatar

    # by Mendia - 3:36 PM

    Salut mon Kip,

    Sale temps pour les pros et grand beau pour les donks...

    Je n'ai pas ta maturité en poker ni un field identique, néanmoins, j'ai pu connaître (et connais encore...)ce genre de mésaventure. Où la justice de la meilleure main n'existe pas, où le 80/20 ne passe jamais, où le non sens fait loi...
    J'essayais de me reposer sur les certitudes des probas, de la fold équity et du bon sens mais je m'enfonçais inexorablement dans le pays du négatif. Jusqu'au jour où...
    J'ai pu voir Négréanu fold une main qui avait au vu du flop un 80/20, avec une cote et fold équity incroyable, face à un donk. Là, contre toute attente il fold en ayant bien lu son adversaire.
    Elle est peu être là la solution : l'instinct.
    Tu me diras avec raison qu'il avait un bon read car c'était en live et j'en conviens.De plus, sur le net nous n'avons pas cette même opportunité, encore juste.
    Cependant, depuis ce "travail d'instinct" malgré un jeu un peu plus agressif, mes résultats ce sont nettement améliorés, ne mettant pas à l'abri du donk et des bad beats.

    Difficile à croire et pourtant.

    Mes certitudes, c'est que le poker a bien changé et est en perpétuel évolution. Qu'il y a de plus en plus de donks et de bons joueurs. Que tu verras de plus en plus de Limpers pour éviter de ce faire sortir avec leurs AA vs une PP. Et qu'il y a un bon paquet de cons croyant en leur bonne étoile.
    Nous ne pourront faire de la money que contre c'est derniers.

    Donc dur, dur pour les pros car au fur et à mesure que le field grandi leurs chances de ce faire donker grandissent aussi.
    Ceci est valable pour les MTT, pour le Cash c'est une autre histoire.

    Un adversaire qui vous veut du bien.

  6. gravatar

    # by AlKriS - 5:41 PM

    A force de prime à l'aggressivité, il est bien normal que la fold equity se barre la queue entre les jambes. Ben oui, l'agression à outrance de la part des donks (la majorité aux tables jusqu'à un certain niveau) c'est souvent pour masquer le manque technique et/ou de force de la main. Donc aller au charbon pour tous ses jetons en se disant qu'en face ça ne peut venir qu'avec du lourd, faut plus compte dessus. Car forcément si on envoie c'est qu'on a rien et qu'on arrache, donc faut faire payer même avec un tirage lointain.

    De plus tout le monde dit à longueur de temps qu'il faut de la réussite (traduisez de la chance) et de l'audace (traduisez des couilles tellement grosses qu'on ne sait même pas bien quoi faire avec si ce n'est les psoer crânement sur la table avec un grand sourire et être fier de ses attributs). Alors faut y aller quoi ! Chargez !

    Voilà, le poker ça devient ça. Faut trouver les contremesures. Et je crois voir se profiler un jeu solide, très solide à l'horizon....

    J'avais lu que le monde appartient à ceux qui se aissent bluffer. Je crois que ça n'a jamais été aussi vrai.

  7. gravatar

    # by tagskie - 10:00 AM

    hi.. just dropping by here... have a nice day! http://kantahanan.blogspot.com/

  8. gravatar

    # by Colivar01 - 1:20 AM

    Remarquable analyse d'Alkris. Le discours "ultra agressivité" me sort des oreilles. Primo, il sert avant tout les intérêts des acteurs commerciaux du poker, soit les cercles, les sites et les casinos. En cash game, par exemple, tous les cercles parisiens peuvent élever une statue aux inconscients qui font grossir les pots sans raison. Secundo, cette surévaluation des couilles tend à transformer en roulette russe un jeu à base de stratégie et de maîtrise de soi. Mais il y a un espoir, car les portefeuilles s'assèchent. Il suffit de voir l'évolution des satellites à re-buy dans ces mêmes cercles parisiens.
    Oui, l'avenir est probablement à un jeu solide qui intégrera néanmoins à doses homéopathiques certains techniques expérimentées par les fous furieux.

  9. gravatar

    # by Hurricane - 2:40 AM

    Sauf qu'aujourd'hui un jeu solide ne fonctionne plus. Les pros le disent, on ne gagne pas un tournoi qu'avec des cold deck PF.

    La fold equity n'existe quasiment pas sur des low buy in, c'est pas nouveau, le tout est de saovoir adapter sa FE en fonction de la table et de ses adversaires.

    Je doute vraiment que les casinos soient à l'origine du style de jeu agressif :D. Gérer son agressivité et sa FE c'est un boulot, qui quand il est bien maitrisé, est certainement la clé de la réussite.

    Seulement sa demande des efforts d'apprentissage ;) et ça, j'ai l'impression que certains joueurs l'accepte difficilement.

  10. gravatar

    # by Colivar01 - 3:03 AM

    Désolé, mais je ne joue pas vraiment à des "low buy-in" et la FE devient de plus en plus un fantôme quand même... De plus, n'essayez pas de me faire dire ce que je n'ai pas dit. Il y a dans le poker une incontestable part de risques, et le "talent" dont on parle tant sans jamais le définir consiste sans doute (en partie) à savoir quand et comment les prendre. Ce que je déplore, c'est que le poker ressemble de plus en plus au "play money" qu'on pratique justement sur les sites.
    Ai-je jamais prétendu que les acteurs commerciaux étaient à l'origine du jeu "ultra agressif" ? J'ai dit, et je le maintiens, que pousser des masses pour se donner l'impression d'être viril profite exclusivement à la taille, que ce soit en dur ou en ligne. Et là encore, je ne parle pas de micro-limites.
    Enfin, n'ai-je pas précisé qu'un jeu solide intégrerait nécessairement certaines techniques inventées par les "ultra agressifs" ?
    Pour conclure, faisons un pari : si on continue à ce rythme (jeu à base de flambe, multiplication des tournois chers, fantasmagorie du cash "high limit" sur le net) les moyens financiers des joueurs ne suivront pas.

Related Posts with Thumbnails