Pas là pour gagner, profitons-en


Click here to view a larger version.

Soirée minimale, hier. Réveillé beaucoup trop tôt, totalement décalé. Au moins, j'aurai eu le temps d'écrire ma chronique pour Pokernews. De façon amusante, j'avais pris la température à gauche et à droite, faute d'idée de sujet à traiter (je voulais me lancer dans un gros truc sur la reshove equity mais ça me semble trop indigeste avec le seul support écrit). Et commencé à écrire un papier qui vantait la patience. Sur lequel j'ai bloqué au moins deux heures... avant de réaliser que c'était tout simplement car je ne considérais pas la patience comme une qualité. Je suis comme tout le monde, quand je parle du jeu en tournoi, je recommande aussi la patience. Mais, en fait, c'est une façon "élégante et compréhensible" de conseiller la discipline. Un mot que tout le monde, moi le premier, déteste...

Ceci fait, lancé quelques tournois. Et tout de suite su que c'était de l'argent perdu. La fatigue était trop présente. Omniprésente même. Hélas, comme un idiot, j'ai alors réalisé que je venais de démarrer un Deepstack et un Rebuy. Des tournois courts, comme chacun le sait...

J'ai alors décidé d'en profiter et de m'en servir comme terrain d'expérimentation. Première règle : on ne fold pas AQ sur un 3bet. Seconde règle : on ne lâche pas une paire sur un flop AXX sans une réelle mise sous pression. Troisième : on est prêt à gambler son stack quand vilain donk bet.

La première fut un fiasco complet. Sans grande surprise. Mais j'avais fait ces derniers temps des fold d'AQ qui m'avaient beaucoup coûté et fait douter. Ça ne fait jamais de mal de se prendre une petite piqûre de rappel : en règle générale, AQ pue dans un pot 3-betté.

La seconde a donné des résultats plus étonnants. Comme beaucoup, je suppose, j'ai tendance à naturellement cbet AXX. Et à lâcher assez facilement ensuite. Standard, en particulier sur des petits et moyens buy-ins où les risques de floating sont minimes. Mais je trouve que, dans pas mal de situations, des lignes plus créatives peuvent se révéler très intéressantes. On introduit certainement beaucoup de variance. Mais, quand la situation s'y prête assez bien, payer un probable stab, ou deux si le second sent la faiblesse, est assez juteux.

La troisième "règle" fut de loin la plus intéressante (prévisible aussi, c'est juste que je ne le fais pas assez souvent et pas assez violemment en général). Payer les donk bets jusqu'à ce qu'on ait le ratio stack/pot suffisant pour justifier un all-in. Les donk bets sont une calamité du jeu en mid-low buy-ins. Et, en même temps, ils sont aussi une source de dead money quasi infinie qui n'existera jamais sur des buy-ins supérieurs. Reste encore à l'exploiter. N'hésitez pas. En prenant toutefois garde aux cas pathologiques qui donk minbet occasionnellement et paient toute relance. Ceux-là ont en général une main plus que suffisante pour aller au bout, ils vivent juste dans un schéma de pensée "autre"...



Au final, une soirée que j'aurais pu mieux occuper. J'aurais d'ailleurs mieux fait de consulter mes SMS... Mais pas si mal utilisée, tout de même. Je crois de toute façon beaucoup à ces "petits exercices imposés". Aujourd'hui, c'est minraise 100% des continuation bets. Si je raise, je 4bet. 10bb et moins, tout en limp... Je crois qu'on a tous naturellement tendance à mécaniser notre jeu. A trouver un schéma fonctionnel et à nous y cantonner. Pourquoi changer une équipe qui gagne ? Pour qu'elle gagne aussi demain. Pour qu'elle gagne encore plus demain!


Aujourd'hui sera consacré au Cash Game. Et on verra en soirée selon l'état de fraîcheur mais je suis passé en horaires diurnes, et la météo est à la pluie, profitons-en pour travailler un peu le "défi NL50" (sick défi, je vous l'accorde...). A moins que je me laisse tenter par des 180 Turbo ? Pour l'instant, mes résultats ne sont guère encourageants dans ce domaine. Et j'ai une petite appréhension quand au volume de badbeats encaissé et ses effets sur le moral. Pas forcément un truc fait pour moi...


Point santé : apparemment, le problème occulaire est anodin et purement lié à la fatigue + travail sur écran. Peut-être un souci d'hydratation, il semble que le café ne soit pas suffisant en la matière ;) En tout cas, rien de sérieux en apparence...

Et ce sera tout ce kipik (qui a warpé ce dont il voulait parler au départ, rdv demain) pour aujourd'hui





Reblog this post [with Zemanta]

  1. gravatar

    # by matt le frip - 5:14 PM

    Content pour toi que le problème occulaire soit anodin, s'il m'arrivait un truc comme ça j'en dormirais plus je crois!
    J'ai pris exemple sur toi recemment : tour de cadran pour ce recaler et voir un peu le soleil, réveil à 11h aujourd'hui (wow ça faisait longtemps!). J'espère que je tiendrai assez longtemps pour jouer les américains aprés leur repas du soir.

    Au fait tu nous avais pas promis un courrier des lecteurs? :p

    Good luck pour les prochains jours, et la phrase du jour : AQ SUXXXX!!!

  2. gravatar

    # by gingkobiloba - 1:54 PM

    Salut Kipik, j'organise un tournoi et j'aimerais bien que tu en fasse partie, pour plus de renseignement c'est sur mon blog.

  3. gravatar

    # by draculito - 10:14 PM

    "ils vivent juste dans un schéma de pensée "autre"..."

    Merci de m'avoir arraché un sourire Kipik... :)

  4. gravatar

    # by ptitevoix - 4:24 PM

    La seconde a donné des résultats plus étonnants. Comme beaucoup, je suppose, j'ai tendance à naturellement cbet AXX. Et à lâcher assez facilement ensuite. Standard, en particulier sur des petits et moyens buy-ins où les risques de floating sont minimes. Mais je trouve que, dans pas mal de situations, des lignes plus créatives peuvent se révéler très intéressantes. On introduit certainement beaucoup de variance. Mais, quand la situation s'y prête assez bien, payer un probable stab, ou deux si le second sent la faiblesse, est assez juteux

    :))

Related Posts with Thumbnails