Thérapik

Ce blog doit aussi servir à ça. Parce que bragger, c'est bien joli. Ça fait certes plaisir. Mais c'est terriblement masturbatoire.

Il me semblait donc intéressant de vous faire partager mon cheminement intellectuel de ces derniers jours. Quand les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes (si celles-ci sont réalistes, bien évidemment), il y a matière à s'interroger. J'y ai mis un peu de temps. Et j'aurais naturellement préféré mener cette réflexion plus tôt. Mais ce ne fut pas le cas...


Je ne dis bien sûr pas que tout est réglé. J'en suis encore à analyser les symptômes. Et à rechercher des solutions. Mais j'ai au moins cessé d'accuser la déchatte. Parce que c'est trop facile. En attendant de trouver comment arrêter de jouer comme une merde...


Et, pourtant, je ne manque pas de déchatte. Rien que la nuit d'hier fut un cauchemar. Et cette nuit s'annonce quasiment pire. Et même en jouant un très bon poker (enfin, hier. Aujourd'hui, ça semble nettement plus laborieux), et en étant super motivé, il n'y a parfois rien à faire... ou presque, puisque je suis tout de même payé dans le $27.5 de PS (après avoir décidé de réduire à deux le nombre de tournois joués, me sentant en bordure de tilt après quelques belles saloperies). Ce n'est certes pas grand chose. Mais je peux vous assurer que la différence par rapport aux nuits à enchaîner de la merde est énorme.

Et cela tient à des différences de jeu si subtiles...


C'est bien, à mon avis, le fond même du problème. La réussite en tournoi (à long terme. On peut bien sûr perfer dans n'importe quel tournoi en jouant n'importe comment. On ne peut juste pas espérer que ça se reproduira régulièrement) tient à très peu de choses. Surestimer légèrement sa fold equity, ou la sous-estimer, relancer un poil trop faiblement, ou trop fortement, pour protéger sa main, décider d'une ligne trop aggro qui fera rater une probable value, ou trop passive qui mettra en danger, mal estimer un spot de steal ou de resteal et se mettre dans la merde, ou rater une belle occasion... la moindre petite erreur a en réalité bien plus d'effet à long terme que de gagner ou perdre un 3-outers. Sans compter qu'elle va contribuer à rendre ce 3-outers nettement plus probable. Et décisif. Et impactant (tant financièrement que psychologiquement). Etc etc etc

En cash game, de telles erreurs réduiraient certainement le winrate. Mais n'empêcheraient probablement pas d'être un joueur gagnant (en supposant que le reste ne parte pas en vrille). En tournoi, étant donnée la très forte variance à laquelle on doit faire face, les effets se chiffrent en réalité en dizaines de points de ROI qui s'envolent (et, là aussi, avec une furieuse tendance à préférer les orbites géostationnaires... rien que maintenir le bousin en place demande des efforts considérables).


Ces dernières semaines, probablement "aveuglé" par les bons résultats de janvier, j'ai laissé mon jeu partir à la dérive. Se relâcher. Oh! pas au point d'en devenir méconnaissable. Et c'est bien là le danger. En survolant mes historiques, tout semble normal. A l'exception des tournois tiltés suite à l'abus de badbeat, bien sûr. En fait, il faut vraiment rentrer en profondeur pour s'apercevoir que ça grouille d'approximations. D'un peu trop de ci, là. De pas assez de ça, ici.

Hélas, plus le nombre de tournois perdus sur de "petites" erreurs (et même si cette erreur n'est pas directement responsable de la sortie, elle l'accélère et augmente sa probabilité...) augmente, plus le nombre de chances de réussir une perf diminue. La plus grande partie de celles-ci étant naturellement perdue sur coinflip (il faudra bien en gagner un ou deux pour gagner un tournoi). Ou bad setup (on ne passe pas toujours à travers). Ou déchatte (ces terribles 2 et 3 outers... quand ce n'est pas un call horrible avec KT qui trouve une quinte de l'espace). Ou pénurie de cartes (c'est moche... mais ça arrive). Rien que du classique.


Tout le travail d'un bon joueur de tournoi est de faire que cette partie indépendante de sa volonté s'applique sur le plus large échantillon possible. C'est la seule façon dont on puisse lutter efficacement contre la variance : multiplier autant que possible les situations où l'on aura une chance d'engranger un gros gain. Même avec la meilleure volonté du monde, on dépasse difficilement les 15-20% de places payées. Et les 5-10% de "deep run" où l'argent commence à représenter un réel intérêt. Je vous laisse faire le calcul mais il n'est pas difficile d'imaginer ce que deviennent ces scores quand on ne joue pas au mieux (ne serait-ce qu')un tournoi sur trois. Ajoutez maintenant que cette apparente incapacité à réussir une perf, ou les badbeats à répétition, vous amène en plus à "tilter" un tournoi sur cinq. Et votre "échantillon favorable", sur lequel vous pouvez espérer aller loin, ou déchatter, s'effondre inévitablement.

Effet pervers : plus cet "échantillon favorable" se réduit, plus le poids de la malchance augmente. Alors même qu'il conserve les mêmes proportions. On perd toujours 50% de ses coinflips. Et 15% des 2-outers. Mais la charge émotionnelle augmente puisque le poids de sa réussite repose sur un nombre d'occasions restreint.


Le joueur de poker en tournoi n'est en effet pas totalement maître de son destin. A la différence du joueur de cash game, il doit gambler sur des coinflips. Pousser sa paire de 10 en resteal. Et tant pis si le supposé voleur retourne les As. Jouer shortstack. Ou contre des shortstacks. Il doit impérativement ramasser quelques blinds quand c'est possible. Autant de situations inévitables... en tournoi; où la taille du tapis détermine pour beaucoup ce qu'on peut faire. Et ne pas faire.

Cela demande donc une rigueur encore plus grande dans chaque domaine du jeu. Parce que l'erreur se paie bien plus cher. Et qu'il est nettement plus difficile de rattraper un loose call ou un 3-bet light (là où, en CG, un move borderline, voir au-delà, peut rester rentable à long terme). Je ne sais plus qui parlait d'ailleurs à ce sujet de "mécanique de précision". Je serais presque d'accord... si rien n'était plus erroné que l'image d'une mécanique. L'automatisme ne pose aucun problème quand on joue en SNG. Les situations sont simples. Répétitives. Et pour un enjeu modeste. Mais ça tourne vite à la catastrophe en tournois. C'est grosso modo mon problème du moment : trop d'automatismes, plus assez de réflexion (enfin, sauf quand il s'agit de me contraindre à des fold évidents parce que, ça aussi, j'ai le plus grand mal en ce moment.. quand j'y arrive).


Maintenant, s'ils pouvaient tout de même cesser de me 2/3-outer la gueule encore et encore et encore !!! je pourrais peut-être arrêter là cette trilogie thérapeutique. I wanna brag, bordel de merde !

et ce sera tout ce kipik au pays de la lose pour aujourd'hui. Prochain post, j'aurai gagné un tournoi. Putain!

  1. gravatar

    # by matt le frip - 5:38 AM

    C'est intéressant quand tu dis que ton jeu était devenu trop "automatique". Veux tu dire trop mathématique?

    Personnellement j'ai l'impression que certains joueurs se basent exclusivement sur l'aspect mathématique du jeu, " il faut folder KJo dans ce spot parce que A+B=C..."

    Je ne dis pas que les maths ne sont pas importants, mais la part de feeling, le coté psychologique du jeu, sont tout aussi importants, meme sur le net. Peut etre une question de style...
    Désolé si je suis HS!

    En tout cas j'aime bien ta manière de prendre du recul sur toi meme, c'est pas toujours évident.

    Pourquoi ne fais tu pas régulièrement des SnG? quitte à en jouer des assez gros. Pas assez d'adrénaline?

  2. gravatar

    # by ubik - 9:46 AM

    Salut Kipik,
    Es-tu maso?
    C'est une question vraiment sérieuse. Pourquoi t'évertues à être pro en faisant quasi-exclusivement des tournois? Il y a bien des pros qui y arrivent mais ils font des tournois à gros buy-in. 15 tournois pas jour de buy-in moyen de 100$ avec un ROI à 66% donne seulement 1000$ de gain par jour. C'est pas énorme vu le niveau requis pour y arriver.
    A mon avis c'est du suicide de continuer dans cette voie-là. Tu vas t'épuiser nerveusement.
    Oblige toi à faire au moins 30K mains par mois en cash game. Je connais pas l'état de ta bankroll mais si tu peux jouer 30k mains en NL200 (je pense que tu as parfaitement le niveau vu les questions que tu pose ou les réponse que tu donnes sur le forum comparé à moi qui suit gagnant sur les limites supérieur).
    Ce plus ou poins fixe mensuelle ne permettra de faire tes tournois sans trop de poser des questions. Tu seras plus détendue, moins sujet au tilt et tes résultats n'iront qu'en s'améliorant.
    J'ai déjà dit tout ça à Tilou sans effet je pense, j'espère que tu considèrera ce que je dis sérieusement.

  3. gravatar

    # by Anonyme - 11:11 AM

    Je rejoins completement l'avis d'Ubik sur la necessite pour toi de jouer en CG.
    A la lecture de tes posts ou suite au visionnage des tes videos, on peut s'apercevoir que tu as un niveau superieur a 85% du field en CG sur le limit medium (NL50,NL100,NL200).
    Apres peut etre trouves tu le CG trop lineaire, trop "attentiste" mais ta BR te dira sans doute merci.

    2MSC

  4. gravatar

    # by ArtiK - 11:43 AM

    Salut Kipik,

    Je suis d'accord avec Ubik et Matt sur le fond de leurs posts : m'étant moi meme posé la question et jouant à 90% des tournois, j'en suis arrivé à la conclusion que le poker comme seule source de revenu passait obligatoirement par un niveau raisonnable de cash-game/STT.

    Crusher les medium limits permets d'assurer un revenu infiniment plus régulier que de gagner un tournoi par mois. Dans ton cas, tu semble particulierement apprécier les SnG en ce moment, avec ton expérience des tournois et l'habitude du multitabling, tu pourrais en faire ton Bread & Butter (il me semble que c'est la direction que tu es en train de prendre).


    Je parcours le CP et lis ton blog depuis un bout de temps, ce qui m'a impressionné la premiere fois que j'ai regardé tes stats en tournoi, c'est ton taux d'ITM extremement élevé et ton taux de TF assez faible.

    Une partie vient surement du fait que tu joue surtout des tournois avec un field important (donc plus de payés / plus difficile d'acceder à la TF) mais meme en prenant ces parametres en compte, je me demandais avec quel stack tu arrive habituellement à la bulle et en TF.
    Pour prendre mon exemple, dans la plupart des tournois où je suis arrivé top 3, j'étais au minimum dans l'average à la bulle avec un rush (de cartes/de chance/les deux) en fin de tournoi ou dans le top 10% des stacks en me laissant porter jusqu'en TF sans prendre de risque.

    Il me semble qu'il vaut mieux gamble plus de coups au début du tournoi contre des joueurs faibles que tu va pouvoir outplay pour une raison simple : en fin de tournois, surtout avec un gros field, les joueurs deviennent extremement tight (car ils n'ont pas l'habitude d'arriver aussi deep dans un tournoi et veulent monter le plus possible dans les payouts) donc il devient tres difficile de ramasser des chips avec un petit stack car on sera payé avec des plutot meilleurs mains que dans un tournoi a gros buyin ou les joueurs connaissent les stratégies "fines" (shortstack play) et supposent que vous les appliquez.
    Ici la meilleur situation est de se retrouver avec un stack important pour pouvoir stealer à tout va les joueurs tight weak qui peuplent les fins de ces tournois tout en évitant la confrontation avec les gros poissons.

    La conclusion à tout ca est que tu perds peut etre du temps et de l'argent à te battre 3 heures pour récuperer 1.5 buyins alors que tu pourrais prendre plus de risques en début de tournoi et tenter de monter un gros stack qui te garantirais de passer tranquillement les fins de tournoi et d'arriver relativement facilement en TF.

    C'est mon point de vue, apres je me trompe peut etre (my 2 cents comme ont dit) :)

    Et derniere chose : FAIT UN BREAK !
    J'ai l'impression que tu joue non stop depuis des mois et que tu commence à saturer => tu es devant un mur de déchatte que tu n'arrive pas à surmonter et tu essaye de comprendre en quoi est fait le mur en le regardant a la loupe. Si la démarche est justifiée pour un joueur pro comme toi, si tu prends un peu de recul et quelques jours off loin d'un PC tu te rendra compte que le mur à une porte que tu n'avais pas vu en étant collé le nez dessus.
    Dans le meme esprit, je ne connais pas ta condition physique mais je sais que personnellement il m'est impossible de rester une semaine complete à jouer uniquement du tournoi avec de bons résultats sans faire de l'exercice. La nervosité prends le dessus et le besoin d'évacuer l'énergie inutilisée prends le dessus => Call avec ATo...out..argh..

  5. gravatar

    # by dudu - 2:56 PM

    Salut Kipik , je t'avais envoyer un mp sur clubpoker, pour te donner une piste, c'est a dire jouer plus de sng ou alors un certain nombre de mains en cg.
    Je rejoins les commentaires precedents,ca te permettrai d'avoir moins de pression sur les tournois ,unpeu comme si tu jouais des freerolls.
    Pour les sng , jouent en moins a la fois si tu trouve qu'apres 2 sessions de 10 tu est crevé.

    A plus

  6. gravatar

    # by Anonyme - 3:27 PM

    Je dois bien avouer que je suis obligé d'y aller de ma petite graine.
    Je dois suivre ce blog et tes commentaires sur le forum depuis + d'un an et demi et je commence a etre exaspéré.
    Exaspéré non pas car t'enchaines pas les victoires dans des mtt ... ca je m'en fous et a la limite c'est pas le probleme.
    Je suis exaspéré car je comprends pas non plus comment on peut se dire "pro" en jouant uniquement des tournois ou presque. C'est simplement pas possible. TOUS ceux qui se disent pro font du cash game leurs sources de revenu principal et font des tournois pour le fun et l'apat du gros gains, basta!
    Tu vois bien ou ca a mené Tilou hein! Ya bien que kgoulé pour reussir ca et encore il fait pas mal de CG en nl600/1000 donc ...

    Enfin je veux dire ya un moment faut se reveiller bordel!! (ca vient du coeur lol)

    En caricaturisant, n'importe quel abruti mental est capable de defoncer la nl100 et meme nl200 de certains sites (onGame inside). En etant pro, tu devrais pouvoir faire un minimum (gros minimum) de 50000 mains / mois en cg.
    50000 mains de nl100 avec un bb tres raisonnable de 4BB/100 et t'as deja du 4000$ d'assuré a la fin du mois! (et 50000 mains / mois c'est jamais que 1500 mains / jours hein ! pas la mort ...). Je ne compte meme pas le rakeback de 1500$ facile ...
    Bref en 2 mois tu passes en nl200 ... pour arriver progressivement en nl400 et un train de vie confortable qd meme.

    Alors oui je sais, on a du deja te le dire 350 fois ... blablabla

    Oui je sais faut egalement payer les factures, mettre des sous de coté, jouer avec la pression du resultat (et ca c'est surement tres fort comme pression) .. raison de + pour jouer en CG et pas en tournoi, + relax.

    C'est juste pas normal de te voir jouer en nl50 et continuer a faire desdes 3$ Rebuy apres 1 an et demi de poker pro.

    En s'imposant de monter de limite en CG, tu pourrais par ailleurs faire des tournois de + haut buy-in ou qui sait tu reussirais peut etre mieux que contre des troupeaux de donks.

    C'etait le coup de gueule d'un lecteur anonyme qui te lit depuis + d'un an et demi et aui a envie de te voir monter now!

  7. gravatar

    # by Anonyme - 9:29 AM

    Si tu veux un plan encore meilleur que ongame tu as pacific (la room est laide) mais qu'est-ce que c'est fishy. En plus grande nouveauté, ils offrent du rakeback aux nouveaux compte. Très honnêtement si le CG te fait chier et que c'est juste alimentaire, en t'astreignant à 2h par jour en 8 multi-tablant sur pacific en NL100 tu te fais ton RMI joueur pro facile (2 heures c'est pas grand chose c'est 2 épisodes de 24, enfin 3 si tu passes les pubs ;-))

  8. gravatar

    # by RiversOfBabylone - 11:48 AM

    Salut,

    C'est bien ici, que l'on dit a kipik d'arrêter les donkaments et de se remettre au CG?

    Je plussoie donc ubik et consort.

    GL pour la suite. ;)

  9. gravatar

    # by Anonyme - 12:32 AM

    Monte, Monte , Monte toujours plus haut. Tout ce dont tu as besoin, c'est d'altitude.

    Je lis ton blog sporadiquement,et c'est sans cesse un refrain de plainte et de ressentiment.

    Je crois qu'on t'as fais mille fois le couplet du CG Vs tournois. Je ne suis pas sûr que tous nos fameux pros, pourrait, aussi forts soient-ils, encaisser nerveusement un jeu uniquement de tournois. Ca tu le sais déjà. A mon avis ceux qui vivent le mieux du poker sont tous ces anonymes qui jouent des heures durant du CG avec un edge de 2,5% sur leurs adversaires. C'est sur que passer sa vie à retourner des cartes et pousser des jetons, sans aucunes gratifications c'est dur, c'est un peu routinier; mais avant de gagner des gros tournois ils avaient une grosse BR et je ne suis pas sur qu'ils l'aient tous gagné au loto.
    Qu'on m'explique comment monter une vraie BR en tournois (en particulier Mtt) ou le jeu se réduit rapidement à un poker à deux cartes qui tourne au coin flip le plus souvent.

    En prenant du recul, beaucoup de recul, je suis certain que tu parviendra à mieux gérer ton mental. Pourquoi ne pas prendre un coach; Jamie Gold en avait un au WSOP : Johnny Chan.

  10. gravatar

    # by Anonyme - 5:51 PM

    Faut pas taper sur kipik, il joue que des tournois parce qu'il s'ennuie en cash game et c'est normal. Mais c'est vrai que jouer que des tournois c'est se fourvoyer. Phil Hellmuth n'a gagné "que" trois millions dans toute sa vie de tournois. negreanu 1 million depuis 2005...

  11. gravatar

    # by Marco - 2:35 PM

    faux !!! phill helmut a gagné 10 millions de dollar en tournoi et cette barre des dix millions il l'a passé hier soir en finissant 6eme du WPT LA. gaffe a tes infos anonyme...

  12. gravatar

    # by kipik - 5:25 PM

    mais c'est quoi tout ce flood ???

    lol, je déconne, merci pour vos posts. Tentons un peu de réponse :

    matt : ce jeu mathématique est la base. Après, on doit baser sa décision sur d'autres facteurs... quand on en a. Ce qui n'est pas toujours le cas. On peut, et on doit, de temps en temps aller contre les maths. Mais ça ne peut être basé que sur un read précis. Sinon, on développe juste un jeu mathématiquement perdant ;)

    quand je dis mécanique, je voulais juste dire "sans plus vraiment trop de réflexion". Genre "hmmmm, KJ, je suis short, ok, push". Au lieu de bien prendre en compte qui sont les stacks derrière. Quelles sont leurs range de call. Comment est la BB ? Si son stack a vraiment besoin qu'on push. etc etc etc


    ubik & co : hélas, je le sais. Voir post du jour, d'ailleurs. Juste, je n'y arrive pas. Tout comme, à l'inverse, en live, les tournois me saoûlent alors que j'adore le CG. Va comprendre... Pour l'instant, on va tenter de remplacer par des SNG. En attendant que l'envie vienne (eh ouais, je sais, c'est tout sauf professionnel. Croyez bien que, certains jours, j'ai une furieuse envie, moi-même, de me mettre des baffes...


    artik : les ratios ITM et TF n'a pas grand chose à voir. La moitié de février, par exemple, a été un mois bien plus gambler que janvier, joué super super tight. Mon ITM a donc logiquement perdu quelques points. Mais mon TF% lui, est resté au 0 pointé ;)

    Mon %ITM élevé indique juste un jeu très solide. Mais je rappelle que je joue sur PS, en low-mid stakes. Ce qui implique que, lorsque tu rentres dans les places payées, il te reste encore un tournoi de 200-400 joueurs à gagner. A l'inverse, quand je joue sur UB, au field nettement plus restreint, mes stats sont très différentes :

    58 joués, 11 ITM, 8 TF, 3 hu, 2 win
    (PS même période : 70 joués, 14 ITM, 1 TF)

    je garde donc un ITM élevé (19%) mais converti 72% du temps en TF - en général 20 ou 40 payés, TF à 10. La seule différence est la taille du field.

    Néanmoins, j'ai souffert de pas mal de manque de réussite sur les fins de tournois, ce qui a d'ailleurs créé ce "tilt". Ce n'est pas une raison suffisante pour changer de stratégie. Celle-ci marche très bien. Il faut juste ne pas manquer de lucidité quand on se retrouve deep (ce qui m'est arrivé). Ni déchatter (ce qui...).

    Après, je pense être passé par toutes les situations possibles : de CL à la bulle (il n'y a d'ailleurs pas encore très longtemps sur un rebuy de PS pour échouer comme une merde dans les 50 derniers), à 2BB left quand la bulle éclate pour se retrouver à jouer le hu final. La seule chose qu'on puisse faire, c'est optimiser ses décisions pour favoriser les opportunités de se retrouver deep. Le reste n'est que du hasard qui s'efface à long terme.

    Monter un gros stack n'est pas une solution. D'une car ce n'est pas une garantie de succès. Jamais! Mais, surtout, car tu ne fais qu'augmenter les risques. Gambler contre un plus mauvais joueur n'est jamais une bonne idée.


    ah! et l'exercice, je lui chie dessus ;)


    Je vous aime :D

Related Posts with Thumbnails