J'ai plus 20 ans (Deauville part 2)

Et je le sens désormais un peu plus chaque fois que je "m'offre" une nuit blanche. Gagner le "marathon" a certes été bénéfique (bankroll, xp, moral). Mais le prix est un peu élevé en termes physiques :(

Bah! Pas bien grave. Si ce n'est que "sauver le mois" ne veut pas dire faire de réels bénéfices. Je suis à peine mieux que break even mais j'ai cashouté un peu plus que d'ordinaire (même si le coût de Deauville fut très modeste). Terminer à jeu quand on vit sur sa BR, c'est une façon optimiste de dire qu'on recule... Et je n'ai pas engrangé assez de FPP pour assurer le statut Platinum sur PS (la NL100, c'est pas la 200... pour ça non plus). Bref, il ne reste guère que cette journée pour atteindre les objectifs. Ca me semble difficile surtout que la forme n'est pas revenue à 100%...

On verra bien ce qu'on en fera. Pour l'instant, revenons sur Deauville. Je vous laissais au premier break, après cette foutue paire de 5 que je n'ai pas su coucher à temps. Ou pousser au bout. C'est selon. Du coup, break plus court. Fumage intensif. Tant pis pour la vessie. Et retour à la table frustré et énervé. On plug les intra, un peu d'Apollo 440 pour se rebooster la niaque et on attaque le niveau 75/150 avec 7350 chips (grmbl).

89s au CO, raise à 375 payé par le vieux de SB, mon cbet à 525 fait le boulot sur un joli flop K82 avec mon flush draw. Et merde, en fait, j'aurais bien aimé qu'il me fasse un move, là...

Je défend ma BB avec 45s contre le retardaire au BU et fold sur son cbet, flop tout en haut, pas beau. AQ en MP, standard 375, l'online player me repop à 1100. Il a été discret depuis un moment, et vu que je lachais pas facilement, AQ no good. 23s au Bouton, 375, payés par les blinds comme toujours mais 550 sur le flop 767 suffit à prendre le pot. Alacqua relance UTG, je le pense assez bien outillé mais call quand même en position avec mon AJs. J'hésite un peu à tenter quelque chose sur un Q9X bicolore (pas la mienne, bien sûr) mais lâche l'affaire. Nouvel ATs UTG, je le relance cette fois et prend les blinds.

Une heure bien plus calme. Et sans réussite, que je termine à 6775. Soit encore une trentaine de blinds sur le 100/200 qui démarre. Pas de quoi faire des folies. Mais tout de même encore un peu de temps pour trouver une bonne situation...

pp2 seat 3, relance à 525 pour les blinds. Mon 56s de SB est trop tentant pour résister après un limp, un raise à 600 et un call, j'y vais donc, entraînant du coup la BB. Mais le flop A29 ne me laisse aucun espoir. On se rachète au bouton avec un 94o suffisant pour prendre les blinds. Puis un A8o en MP qui, lui non plus, ne rencontre aucune résistance. L'ambiance à table a résolument changé, profitons-en!

Bizarrement, ma relance UTG, toujours à 525, est par contre payée trois ou quatre fois. Mais mon AK a trouvé son flop AJ9. Avec tirage pique, que je n'ai pas. Tendu en multiway mais je suis prêt à sauter là-dessus et décide de checker. Ca arrive jusqu'au "vieux" qui envoie 1000, je le relance à 3k (soit la moitié de mon stack) et il finit par folder. Certaiçnement pas l'idéal en terme de value mais la bouffée d'oxygène est suffisante et je n'avais aucune envie de voir cette main se développer.

ATo de BB, un limper, raise du bouton à 500, comment résister ? 236Q, il montre sa Queen, gg. Un niveau un peu meilleur qui me permet de remonter à 8000. Soit un peu moins de 30BB en 150/300. Mais ça tient encore, je suis confiant.

Joli string raise d'Alacqua qui me permet d'y aller avec A7s, suivi par les blinds et le petit vieux, maintenant short après s'être fait attrapé par J'aime Ta Femme sur un 3-barrel draw+missed (nice call au flop qui trouve TPTK au turn pour assurer, nh), donk shove sur K63. Et la table casse.


Bien ma veine. Je me retrouve table 24. Sans read sur personne. Sans connaître personne. Rien que des français style Cercle/Casino. Et des big stacks à ma gauche. Les shorts à ma droite. La fête du slip :(

On laisse passer un tour histoire de renifler l'ambiance. Et, d'amblée, le style diffère. Ca relance lourd. Ca sauce et resauce les flops. Mais rendez-moi ma première table!!! Tant pis, on va resserrer...

On fold encore une bonne poignée et, enfin, je me décide pour un AJo seat 3. Un petit 775... qui se mange un 3-bet à 2800 du BB. OK, small ball not welcome, pas grave. Un peu d'acting pour la forme et on laisse passer les blinds, le bouton, le cutoff. KQo au HJ, let's try again. 775. Mon voisin (j'allais dire "vieux" mais ce serait ne pas rendre hommage à la moyenne d'âge de la table) repop à 1600. Je ne peux pas toujours coucher et, là, c'est vraiment trop attractif. Flop Ace-rags, il boîte directement, lol. Evidemment, il faut que je tombe sur ce genre de table une fois short, ça aurait été trop beau de commencer le tournoi ici...

Fold le reste du tour, paie ta BB, fold sur un monster raise. Et... la table casse. Pas en soi une mauvaise nouvelle. Jouer short ici voulait dire trouver un monstre et prier qu'il tienne. Seulement, voila : une bonne nouvelle en entraîne une mauvaise. Je me retrouve table 14... de BB. Avec 13 left, un bonheur!

Et première décision délicate à cette table dès la première main : UTG+1 ouvre à 1000 et je trouve une jolie paire... de 2. Folder me laisse 12BB. Mais je n'ai aucune idée de ma fold equity. Probablement mince même si vilain n'a pas un énorme stack. Absolument aucun read. Et le "j'arrive short et shove d'entrée" me semble plutôt peu crédible. Je fold la mort dans l'âme ma première paire depuis une éternité et il montre les As. OK, OK.

Le niveau se termine peu après. Il me reste une magnifique colline-tte de 3425 jetons (lol). Mais les blinds ne montent pas, on reste en 150/300 pour fêter l'arrivée des ante (25). A la pause, laurent du CP avait fait une interview vidéo où il semblait surpris de me voir attendre l'arrivée des ante avec impatience. Normalement, c'est en effet plutôt une bonne nouvelle pour les big stacks. Mais le fait est que, à force de jouer short, j'ai découvert que les ante favorisent tout autant les shortstacks. Ca peut paraître paradoxal mais, en fait, il suffit de se dire que les ante favorisent les joueurs qui volent le plus. Or, quand on est short, toute main est jouée comme un vol. Si possible en prenant le coup préflop. Et les ante jouent l'effet d'un booster chaque fois qu'on ramasse un pot en étant short.

Reste que, là, le niveau des ante est relativement anodin (1/6 de SB pour reprendre la terminologie Hansenienne). Ce qui n'est guère incitatif au vol (plus le rapport ante/blind est élevé, plus la "prime" au vol est grande).

Petit tour de table : à ma droite, un gros stack. Derrière, Vicky Coren ("elle sert à rien Vicky Coren", merci jhonny, c'est la première chose à laquelle j'ai pensé en arrivant à la table :)). Puis un visage familier, que je remets assez vite : le coiffeur du Sud du fameux reportage de M6 (yep, ça date pas d'hier); Xavier Malandran de son petit nom. Personnage sympathique mais probablement plus récréationnel que vraiment sérieux (c'est dit sans offense, hein). Et, enfin, la "face de marbre" de la première table, pas trop en forme niveau chips. Bref, une bonne droite. A gauche, pas d'info mais des stacks tous assez fragiles jusqu'à un russe armé d'une montagne et qui semble savoir s'en servir en mode ultra-LAG maniaque : vu les discussions, il a visiblement bien martyrisé la table jusque là. Qu'il s'agira donc d'éviter avec soin. Pas un problème, il est assez loin. Pour l'anecdote, Elky est dans mon dos avec un stack aussi pathétique que le mien. Eh! c'est pas de l'anecdote croustillante, ça ?

KQo au cutoff mais mon voisin min-raise avant. arf. A7s seat 3, un peu limite mais je suis prêt à y aller, quand mon voisin mi-raise encore. Ca devient ennuyeux, ces minraises. L'air de rien, je suis tombé à 8BB et il commence à y avoir urgence. Alors, A7s good ? or no good ? Bien l'impression que ça suffit à dominer mon voisin mais il reste encore beaucoup de monde derrière. Et la sagesse l'emporte. A raison car le russe se réveillera avec pp8. A tort car le board amenait un As. Pas facile la vie de shortstack...

Poubelle, poubelle et re-poubelle de BB. Down à 2400 environ. Face de marbre ouvre à 900, mr minraise call au bouton et je découvre pp3. Pas l'extase mais, avec un peu de chance, Marbre a AX et isole pour un flip avec un max de dead money. Just do it. A ma grande surprise, Marbre fold (wtf?) et bouton call avec une main qui ne m'arrange pas du tout : 78s. J'espérais un flip en ma faveur, je me retrouve avec un flip défavorable (pour rappel, petite paire contre sooted connector = 48/52. OK, OK, c'est toujours mieux que s'il avait eu pp6). Je m'enfonce la tête dans la capuche et ne jette pas un oeil au board; c'est nul le live, on ne peut pas cacher la table où on est en flip. Quand je la relève (la tête), je vois un joli 3 au flop et les jetons viennent chez papa, weeeeeeeeeeee.

On respire enfin! 6200 chips. 21BB. On va enfin pouvoir jouer un peu!!!

Mr minraise... minraise. Je 3bet à 1575 avec mon AQ et on se retrouve à jouer un flop TJQ qui m'en fait sauter une de joie tandis que l'autre se recroqueville de trouille. Il check et je l'imite (pot control, value, etc). Turn 6, il envoie 1000 que je call dans la seconde. River 5, il check, j'envoie un petit 2000 qu'il paie très rapidement (trop à mon goût, petite frayeur) avec pp8. 11300 chips au compteur, omg!

Je défend ma BB avec 9To contre notre "ami" coiffeur et on check down sur AKQ mono (j'ai le T). Rien ne rentre (si ce n'est une Q river) Et c'est tant mieux vu que son QJo me batait sur (presque) tous les tableaux. J6s au CO, ça semble tight weak derrière, j'ai des chips, je vole.

Face de marbre limp UTG, aucune idée de ce que ça signifie chez lui, il reste du monde derrière, je limp aussi ma pp9 mais personne ne relance, ni même ne vient jouer avec nous (à part la BB, évidemment). Check à trois sur ATX, j'envoie 1125 sur la doublette du T au turn et ramasse.

Et on peu s'offrir un petit break, bien mérité (2 heures que j'ai envie de pisser comme c'est pas permis. C'est nul le live, on ne peut même pas se soulager dans une bouteille comme à la maison). J'ai 11500 chips. Soit près de 30BB pour attaquer l'avant-dernier niveau (200/400/50). Parfait pour profiter d'un rapport ante/BB nettement plus alléchant. D'autant plus que je suis remonté comme un coucou. Et que je trouve ma table plutôt easy (en effet, pour l'instant, elle sert à rien...)


Et ce sera tout ce kipik "flashback" pour aujourd'hui

  1. gravatar

    # by Will - 12:43 PM

    Lut Kipik.
    Je n'arrive pas à voir tes vidéos via screnncast.
    Jen'ai que le son mais pas d image.
    Que faire?
    Bonne continuation

  2. gravatar

    # by Anonyme - 5:03 PM

    bonjour je voudrais savoir comment tu fait pour poste les video de tes mains ? est ce que c'est payant ? merci

  3. gravatar

    # by Anonyme - 5:14 PM

    Comment tu fais pour faire des cessions de plus de 15H?
    et est ce vraiment rentable sur la fin?

  4. gravatar

    # by kipik - 2:12 PM

    pour les vids, si pb, penser à uinstaller un bon vrai pack de codecs à jour ! En particulier si on a des difficultés à lire du h264 qui se répand de + en +.

    un lien : http://www.01net.com/telecharger/windows/Multimedia/codecs/fiches/26950.html

  5. gravatar

    # by kipik - 2:20 PM

    pas compris la question pour le "postage" de mains. Au cas où : il suffit de s'inscrire sur pokerxfactor.com. C'est gratuit et ça fonctionne pour le replays de mains uniques (par contre, pour le replay de tout un tournoi, il faut être membre payant).

    Pour les 15+ heures : c'est pas tous les jours, hein. C'était même pas du tout la norme ces derniers mois. Mais, là, à fond à fond à fond dans les mtt, pas le choix. Sur la rentabilité, c'est selon chacun. Moi, je suis assez mauvais quand je commence mes sessions (ça se voit bien en CG d'ailleurs, quasiment pas une session qui ne commence par un laché d'une ou deux caves...). Après, quand on dépasse les 16h, la fatigue se fait clairement ressentir et difficile de juger. Mais j'adore jouer dans cette sorte d'état second où plonge la fatigue. Tendance à être hyper réceptif (yep, pas le moment de tenter un bluff lol)...

    Après, je ne ferais pas de session de CG aussi longue. L'effort me semble trop grand et le risque de partir complètement en vrille existe. Mais, en tournoi, ça se passe tout en douceur. Et je trouve ça au contraire très profitable. Nettement différent, par contre, d'avec une fatique "réelle" genre quand on a peu dormi. Dans ces jours-là (aujourd'hui par exemple), les erreurs ont tendance à se multiplier...

Related Posts with Thumbnails