Home sweet crève

De retour, je suis. Depuis déjà un bon moment, en fait. Mais je voulais me laisser le temps de bien digérer cette semaine de live avant de m'y remettre. Histoire de ne pas répéter certaines erreurs passées. Et j'ai été servi puisque je me suis retrouvé cloué au lit avec la crève à peine revenu...

Ceci dit, je ne sais pas trop quoi penser de cette semaine. Le bilan en cash game est excellent. Celui en tournoi pathétique. Mais, en même temps, je me suis trouvé trop souvent pas aussi discipliné que je l'aurais voulu en cash. Et j'ai bien aimé le jeu développé en tournoi où j'ai vraiment souffert d'un manque de jeu effrayant.

Pas facile, du coup, de vraimpent se situer...


Pour un détail chronologique, exhaustif mais sans quelques anecdotes qui viendront les jours prochains :

Dimanche. J'arrive juste avant le début du 200 limit HE. Seulement quatre tables, décevant. Un des rares joueurs qui me semble maîtriser la chose quasiment tout le tournoi à ma gauche. Pas un max de monstres mais beaucoup de mains à potentiel qui vont tourner à mon avantage. En partie grâce à des adversaires qui gèrent mal les situations et vont me laisser quelques free card. Et grâce à quelques adversaires très lisibles qui vont me permettre de les outplay : un joueur à ma droite ne relance par exemple que ses paires et je vais le surelancer à plusieurs reprises et profiter d'as au flop pour prendre le pot. Un autre attend toujours le turn pour raiser ses grosses mains; je vais donc systématiquement sur-relancer ses raise au flop. On ajoute deux sets floppés et on rentre assez facilement dans la money. Hélas, derrière, je vais enchaîner les mauvaises situations : ATs de BB sur un flop T hi contre un short qui a hélas AA et tiendra; TT vs JJ vs QJ abandonné sur un flop Q-rags relancé; 99 contre une autre overpair... On ne joue qu'à 5 mais impossible d'avoir une bonne main sans trouver un monstre en face. A ce niveau de blinds, ça ne pardonne pas. Un résultat. Mais bien modeste...

Un peu de cash ensuite avec tilou à la 100. Plus histoire de causer qu'autre chose. Et une bonne journée de sommeil ensuite avant d'aller jouer le 200 NL. Début de tournoi assez décevant et je me retrouve assez vite en mode gros raise sur des limpers pour me refaire un stack. Puis trouve enfin une premium (KK) et une chance de revenir au-dessus de la moyenne. QQ en face. Q au flop. gg. Etonnamment, j'encaisse ce bad 10 fois mieux qu'online. J'ai fait ce que j'avais à faire, le reste on s'en fout. Ca me permet d'ouvrir la première table de cash. Qui va se révéler très juteuse grâce à un maniaque qui paie tout et est ok pour gambler any hand préflop. Et va chatter quelques poubelles. Toute la table se met du coup à tilter et les jetons commencent à valser. Pour échouer chez le maniaque qui, avec son tapis supérieur au reste de la table, finit fatalement par gagner son 30 ou 40%. Ce qui m'arrange énormément puisque je suis juste à sa gauche et vais adopter une stratégie totalement différente en jouant le maniaque au flop où mon edge sera bien supérieur. Et je vais quitter la table une fois le maniaque rincé en devant m'aider d'un rack ;)

Ce sera probablement le seul conseil de ce post. Mais c'en est un bon: si vous tombez sur un joueur assez mauvais pour gambler any 2 préflop, ne lui faites pas cadeau d'un 60/40. Forcez-le à jouer au flop (et turn/river, où les edges et le coût des erreurs ne font qu'augmenter). N'allez pas sur son terrain. Amenez-le sur le votre (et, non, je vais résister à citer du Sun Tzu. Ou si, tenez : "Ceux qui sont zélés dans l'art de la guerre cultivent le Tao et préservent les régulations". Ca aide, hein ?).

La suite sera moins glorieuse puisque, au lieu prendre un taxi pour rentrer sagement me coucher, je vais attendre les premiers métros. Puis le petit-déjeuner. Et, enchaînant card dead et badbeat, je vais me faire rattrapper par ce vieux démon que je pensais maîtrisé : ne pas savoir quitter une table. Ca sera moins pire que grave (ok, pas clair) car un badbeat absurde sur la première premium reçue depuis 5h va me réveiller alors que je jouais quasiment comme un zombie depuis un bon moment (KK, je surelance au-delà du 1/2 stack du relanceur initial vu que je n'ai pas la position et celui-ci va me payer avec AQ pour trouver un As au flop, nh). Ce sera le petit déclic qui va me faire jouer de nouveau agressivement et refaire les pertes de la journée. Mais que d'heures de perdues!

Ce sera sans incidence toutefois sur le 300 du soir que j'aborde avec la combativité de fin d'après-midi. Je vais sauter 38ème au bout de 5h de jeu, sans jamais rien voir de mieux que AQ (avec laquelle je saute, KK et JJ en face) et deux paires : 66 et 44. Tout un tournoi en mode resteal. Pas vraiment passionnant. Pas de jeu et un rythme de jeu atrocement lent m'ont tué. Il faudra un jour qu'on m'explique ce besoin des joueurs de réfléchir des plombes avant de systématiquement se coucher quand un joueur boîte. Qu'un big stack en fin de parole ou dans les blinds réfléchisse 20s, ok. Mais quand toute la table s'offre une minute avant de jeter sa poubelle, au point de ne pas réussir à jouer plus d'un tour en un niveau, ça vire au ridicule...

Grosse nuit pour essayer de réparer les dégats de la veille. Au moins partiellement. Et approche stratégique différente sur ce second 300 où je n'ai aucune envie de subir la structure ou la lenteur générale. Et cette approche plus agressive va plutôt bien marcher puisque je monte pas mal de chips dès les premières minutes. Mais je vais me chier dessus dans une main assez moche : je raise JJ, suis relancé par mon voisin et on se retrouve sur un flop T75, avec deux carreaux, où je vais check-raise pour la moitié de son stack son continuation bet plutôt mollasson. J'ai à peine fait ce raise que je le déteste. Mon idée était de pouvoir me coucher sur un shove (QQ+, AQs+, set). Mais je réalise tout de suite que c'est probablement une ligne inadaptée en live. Et j'en ai la confirmation quand il paie ma relance... me laissant totalement dans le brouillard. Je n'ai aucune idée de quelle main mérite un reraise pf, puis un call de check-raise pour la moitié de son stack mais pas un push. QQ+ me semble mériter un shove. AXs avec le flush draw aussi. Tout autre As n'a aucun intérêt à payer vu qu'il ne peut espérer voir plus d'une carte. Reste TX (???), 88/99/JJ et set. La turn devrait me simplifer la vie puisque c'est un As que je check très rapidement et j'ai la surprise de voir un tapis très rapide en face. Ca exclut quasiment qu'il ait un brelan. Et me laisse avec un 99/draw/air qui bluff. Ou AT qui se serait accroché à sa top pair. Tout me pousse à abandonner là cette main que je ne maîtrise absolument pas et repartir avec les 3/4 du stack de départ. Et tant pis pour les jetons montés rapidement. Mais je ne trouve pas le bouton fold. Et j'ai la surprise de trouver AdKd en face. Je joue peut-être de trop bons tournois online mais c'était vraiment une main totalement inimaginable pour moi... Derrière, 25BB et un AK qui se fait 3-bet mais trouve KK en face, pas gg kipik. Rattrappage en cash game et couchage raisonnable pour être en forme pour le 500.

Dernière chance de sauver cette semaine décevante de tournois. Et enfin une profondeur acceptable (6000 chips et un premier niveau 25/50 d'une heure, weeeeee). Hélas pour moi, je suis à moitié groggy (je mets ça sur la session marathon mais la suite prouve en fait que c'est juste un début de crève). Pas la meilleure idée quand on se retrouve à une table assez relevé avec un Brice Coiurnut deux à sa gauche. Suivi par un Manu Bevand. Pire, le joueur derrière se révèle vite du genre très très LAG. Bah! Je ne m'attendais de toute façon pas à une table facile avec un buy-in qui commence à devenir sérieux. Et tout n'est pas si négatif : vu les joueurs derrière moi, je vais devoir resserrer mon jeu. Ce qui vaut mieux vu mon état de fatigue. Et j'ai avant moi deux joueurs très faibles. Précédés par François Montmirel, que je retrouve après le tournoi de limit, et qui est plutôt tight. Je peux donc me laisser du temps pour me "réveiller" et rentrer dans le tournoi. Sans jouer sur ma gauche. Mais en essayant d'exploiter toute bonne situation qui pourrait se créer sur ma droite.

Pour l'essentiel, je vais me tenir à ce plan. Et vais même avoir la possibilité de satisfaire la demande quand une de mes relances payées me permet de montrer ma Q sur un flop Q-rags histoire de prouver que je suis bien une grosse serrure (tant pis pour le kicker 8, eh eh). Jusqu'à la faille... N'ayant pas bougé depuis un petit moment, je raise un K8s en MP, payé par Cournut. Flop QQ6 qui me donne le flush draw. Un continuation bet me mettant en assez mauvaise posture si je suis payé ou relancé, puisque me forçant trop souvent à abandonner mon draw, je vais checker et payer le bet de Cournut pour pouvoir aviser derrière du meilleur moyen de prendre le pot sans trop le faire grossir (ou de tirer à moindre frais). Un As tombe au turn qui est checké. La couleur rentre river et je vais commettre deux erreurs. D'abord en misant trop fortement, aux environs de 80% du pot (mais c'est le montant que je m'étais fixé en cas de bluff). Mais, surtout, en payant le raise qui y répond. Pire encore, un minraise. Je le vois mal adopter cette line avec juste un brelan de Q. Ou même une petite couleur. Je dois fold. Je le sais. Mais... c'est tellement plus amusant de se retrouver short à 2250 chips. donkey!

Je vais remonter un peu en relançant des limps à droite. Et doubler avec KQs quand mon troisième raise sur un limper, cette fois UTG, est finalement payé. De même qu'il paie mon shove sur le flop TJQ (oups) avec... A9 (lol). Turn 8 (bien fait pour ma gueule). River As. On respire... malgré l'erreur de la croupière qui s'était arrêtée au turn (plus dur qu'une partie de LG). Et je vais revenir dans la foulée dans la moyenne avec un 56 au BB. Très petit raise de manub qui me laisse un peu perplexe et entraîne des calls en pagaille. Superbe flop 235, checké familialement. Turn 4 et river qui le double. Un peu gênant pour vraiment extraire de la value mais j'arrive à placer deux petits suck bets payés par un AJ. Contrat rempli au premier break même si je m'en veux toujours pour ce K8s...

De retour du break, le paysage va changer avec les sorties de Cournut et Bevand, remplacés par des joueurs très tight. Mais dont je ne pourrai pas profiter avec l'arrivée de joueurs plus aggros à ma droite plus un joueur en plein rush qui multiplie les QQ+ comme d'autres les pains. Pendant que j'entame une longue traversée du désert qui durera deux heures. Pas un As ou un K (à l'exception d'un AT quand mr premium vient de surelancer un joueur en début de parole). Pas une paire aussi petite soit-elle (juste une paire de 2 alors qu'un joueur est déjà all-in, belle blague). Pas même un connecteur assorti pour un push "tactique". Et je vais sauter sur ma première main "jouable" : 36s au Bouton. Mais le tight de BB se réveille avec TT. gg

Et je ne sauve même pas ma journée en cash, je joue mou comme ça ne m'est jamais arrivé. Et repart au petit matin avec juste une cave de bénef grâce à un suckout plutôt moche: je raise QJ sur deux limpers, call le reraise du premier que je ne sens pas énorme et push sur son cbet au flop -genre- 8TX. JJ en face qui paie après grosse hésitation avec une cote hélas irrésistible. Et le 9 tombe directement au turn. Une bien belle façon de terminer la semaine. Il me manquait un joli suckout... ;)


Derrière, malade comme un chien. Ce qui explique probablement la léthargie de la dernière nuit. Et toujours pas retrouvé le chemin des tables virtuelles. Manque de motivation. Manque d'énergie. Ca sera sans doute pour demain, j'ai fait le tour de tout ce que j'avais à faire. Et des séries en retard. Plus la moindre excuse. Je ne peux même pas me plaindre de cette semaine live.

Ou m'interroger sur mon jeu. Le cash s'est extrêmement bien passé. Quelques petits manques de discipline en cash mais rien de bien méchant. Surtout quand on n'a pas l'habitude de rester deux heures à folder poubelle sur poubelle. Et le bilan en tournois est un peu le même : mon jeu m'a bien plu. A l'exception de deux mains : le JJ vs AKs et le K8s vs Cournut. Après, il n'y a pas besoin de plus de deux mains loupées pour foutre en l'air ses chances sur quatre tournois. En particulier quand on est aussi card dead que je l'ai été cette semaine. En 4 tournois : 1 KK (perdu vs QQ), 1 QQ (lâché sur un flop AKX), 2 AK (1 perdu vs KK et l'autre splité avec AK), 2 AQ (1 perdu vs KK et JJ, une splittée vs Cournut) et un JJ (joué comme un manche, donc). Difficile de faire pire. Difficile, du coup, d'estimer réellement ma prestation. Surtout quand les structures sont assez rapides.


L'important maintenant est d'oublier cette mauvaise série. Et de se concentrer sur l'avenir. Qui devrait clairement être orienté cash game. Je suis un peu en overdose de tournois. Et le manque récent de réussite commence sérieusement à me peser. D'autant que j'aimerais bien me poser sur la 400 avant la fin de l'année. Et que ça ne se fera pas en restant les bras croisés. Seule exception : je vais probablement me focaliser sur le tournoi à $162 de la nuit que j'ai vraiment envie de décrocher. Mais, à part ça, ça devrait grinder sévère. Après tout, si je peux jouer 10, 20 ou 30 heures en cash live, aucune raison que je ne tienne pas 5 ou 6 heures par jour online.

Et tant pis si je ne tiens pas ces bonnes résolutions très longtemps. J'aurai au moins essayé ;)


Et ce sera tout ce kipik, le retour, pour aujourd'hui

  1. gravatar

    # by Anonyme - 6:27 PM

    Tiens, tiens, tiens... Etonnant, ça, mon Kipik qui craque sa veste en la retournant. Il couinait il n'y a pas longtemps que ça lui pesait de jouer une heure de cash game en ligne, et il enchaîne pourtant des sessions marathons en live (où il y'aurait davantage moyen de se faire chier, non ? No-multitable oblige)...
    Une affaire à suivre.

  2. gravatar

    # by kipik - 6:30 PM

    tutututut !

    ce ne sont pas les vieux posts qui manquent où j'ai déjà dit que je préférais nettement le CG au MTT en live (et l'inverse en MTT).

    non mais !

  3. gravatar

    # by mendia - 12:09 PM

    le retour du messi...
    Sun Tzu c'est pas du neuf mais restera toujours à la pointe de la stratégie.(référence ultime même au poker)
    Donc un bilan mitigé et choix d'une nouvelle direction (à mon avis c'est un bon changement vu ton style de jeu)
    good news Kip is back

  4. gravatar

    # by mendia - 12:11 PM

    Au fait, confirmation que beaucoup de joueurs de magic ce sont penchés sur le poker.

  5. gravatar

    # by Anonyme - 4:20 PM

    Salut kipik, dommage que tu aies pas pu faire de gros résultat en tournois à Paris, mais au moins tu t'es bien gavé en CG c'est toujours ça.

    Par contre, je veux pas te décourager mais je pense pas que tu tiennes ta résolution pour le CG online. En revanche, je pense que tu devrais te faire des excursion à Paris plus souvent pour jouer en CG à l'ACF. Genre un week-end par mois, voire plus je sais pas. Et te concentrer sur les tournois online.

    Bonne chance pour la suite :)

    kev50

  6. gravatar

    # by kipik - 4:32 PM

    lol
    merci pour le vote de confiance ;)

    on va bien voir. Je ne pense pas non plus que je tiendrai cette résolution très longtemps mais, qui sait ? Faut en tout cas profiter de ce ras-le-bol des mtt. C'est pas si courant...

Related Posts with Thumbnails