éclaircie

Ce qu'il y a de bien avec ce blog, c'est que lorsque je post un problème, c'est que j'en ai déjà probablement la solution. Ou, en tout cas, que je suis sur le chemin de la solution.

Hier, après avoir posté, je me suis donc lancé avec pour programme de jouer super super solide. On limite au max les mains à risque. On s'investit au minimum dans chaque main. On fuit tout move comme les mains baladeuses dans un bar de nuit gay où on est tombé par hasard (et si vous êtes gay, remplacez par... ah ben tiens! j'ai pas idée de ce qui pourrait remplacer. Si vous avez des suggestions...). Du moins, on fuit tout move les premières heures (après, ma foi, si vous êtes totalement bourré...).

Note : bon choix d'image, kipik, j'ose à peine imaginer où ça finira; donc, on va changer de registre, c'est pas "kipik dans ton cul", ici (blog très... intéressant d'ailleurs. lol. Aucun lien avec moi, promis)


Car c'est un peu ce qui m'est apparu en visionnant les tournois de ces derniers mois. OK, il y a très peu d'erreurs. Et beaucoup sont explicables. Mes reads sont excellents (en général). OK, OK. Seulement, voila : j'ai une fâcheuse tendance à aller me fourrer dans des spots foireux. Une spéculative. Un bout de truc au flop qui mérite qu'on reste, la cote tout ça. Avec, au final, des débuts de tournoi qui se soldent souvent par des stacks amputés prématurément. Et on se retrouve derrière contraint de jouer avec un handicap en faisant la course en queue. Comme si, même en jouant solide, on ne se retrouvait pas assez souvent en short...

Constat confirmé par la lecture des toutes premières mains de Pearljammer (Winning Poker Tournaments, One Hand At A Time, de Eric "Rizen" Lynch, Jon "Apestyles" Van Fleet et Jon "Pearljammer" Turner. 70 pages lues sur 420 seulement et je peux déjà vous assurer que ce livre est tout simplement le meilleur sur le sujet). Je pense depuis longtemps avoir un style assez proche de PJ mais j'ai complètement hallucinné en constatant avec quelle prudence il avançait dans les premiers levels. Avant de réaliser que c'était aussi ce que je faisais il y a moins de 6 mois...


J'ai tenté d'ouvrir un peu mon jeu parce que je pense que j'en avais besoin. Que c'est nécessaire si on souhaite progresser vraiment sur les gros buy-ins. Seulement, voila, n'est pas Belowabove qui veut. Et n'a pas la fold equity de johnnybax qui le souhaite (qui d'ailleurs, est bien plus tight qu'on l'imagine souvent. De même que belo en début de tournoi, d'ailleurs).

Donc... retour aux basiques. Au moins jusqu'à approcher de la bulle. Autrement dit, jusqu'à ce qu'on ait réellement de la fold equity. Jeu super prudent. Pot control et position à l'extrême. Mon impression est qu'en cherchant à ouvrir mon jeu, je me suis pris... au jeu. Que j'en suis arrivé à chercher à jouer au poker plus qu'à jouer les tournois. Phénomène encore accentué en jouant moins de tournois. Forcément, on a moins envie de jouer les folding machine quand on joue un ou deux tournois par jour que quand on en enchaîne 10 ou 15. De même qu'on a plus tendance à surjouer ses bonnes mains. Ou qu'il est plus difficile de les lâcher post flop...


Bref, je crois que mon jeu avait perdu en rigueur. Alors même qu'il m'était plus difficile d'apprécier parfois l'image projetée (je sais comment mes adversaires réagissent quand je joue en tight mode, ça m'est parfois un peu plus délicat quand je suis plus actif).

Premier test avec un "petit" $11 hier soir. Hélas, je n'avais pas remarqué que c'était en levels de 10mn et avec plus de 4000 joueurs au départ... lol. Je vais tout de même tenir près de deux heures mais ce crapshoot ne m'est guère utile.

Second test : $3+R. Encore un huge field (4680... c'est de pire en pire sur PS). Mais avec nettement plus de profondeur au départ cette fois. Peu de bonnes mains mais qui vont tenir. Et je trouve toujours un débile pour me doubler en cas de besoin. Et je vais au final sauter avec 88 vs 99 en 56ème place. Une petite centaine de $ mais, surtout, un énorme boost de confiance. Mon appréciation des causes des soucis rencontrés ces derniers temps était probablement correct : t'es pas là pour jouer au poker, t'es là pour aller deep/TF/top3/win; t'es pas là pour gagner ces quelques chips sur cette main, t'es là pour garder ton ROI au-delà de 50% (ou 100% mais vu que le mien s'est effondré ces derniers mois, on va viser les 50 pour l'instant).


Restait le gros morceau : le WCOOP $215 HORSE. Attaqué avec confiance. Joué avec plus de prudence que ça n'a jamais dû m'arriver. Merci Pearljammer pour avoir mis en évidence combien le principe de sécurité était devenu anecdotique dans mon jeu de début de tournoi.

Quasiment pas joué de la première heure. Commencée en blinds 5/10, une heure qui ne servait absolument à rien à part risquer de perdre un quart de son stack en déchattant.

Tellement prudent la seconde heure que je vais même en rire devant mon PC. Je n'ai jamais dû autant checker de ma vie sur un tournoi... Seule grosse main : AsJsJc en stud, je flat le raise d'un 6s en premier de parole, touche Ac en 4th mais il check son K. 9c en 5th que je bet vs son 5s. 3 vs 9 en 6th que je bet. Je check-call la 7th, bien devant son 5566. J'enchaîne avec un Kh8h8 en stud hi-lo vs un XX7 qui pair son 7 en 4th (Ah pour moi). Décision très délicate en 5th ou je touche un J sans intérêt vs un super scary 2. Mais je le pense vraiment sur un lo draw avec juste une paire de 7. J'hésite mais ça me semble valoir son call. La 6th est encore plus tough vu qu'il bet sa Q alors que j'affiche un possible made lo (8AJ3). Et, là, on creuse vraiment dans le time bank. Son bet ne ressemble pas à grand chose vu la situation à part risquer un raise pour un pot qu'il ne pourra probablement pas scooper. Quelque chose cloche et je finis par payer. Ainsi que la 7th avec un gros pincement au coeur vu que je blank comme une grosse merde. Mais ma lecture était correcte et ma paire de 8 a tenu bon. Deux petits pots de plus et je termine l'heure en positif (3500!). weeeeeeeeee. New record for kipik !!!!!!!

Troisième heure un peu plus active. On commence par un AJ vs AJ (je raise pf, cbet+3bet flop J94 avec deux coeurs et on checkdown les K et 6 qui suivent. Quand je disais "super safe"...). Je termine le razz à 4500 en ayant jamais pris le moindre risque. Je suckout un KXK en stud avec mon JXJ de façon amusante : il touche un J, je touche un K et cela crée assez de doute pour me tenir dans le coup. Mais la 6th est magnifique qui me donne un second K. Il va tout de même payer mes deux bet alors qu'il n'a plus que le dernier J en jeu... pour partager (et encore, dépend de la carte cachée probablement vu qu'à part les K et J, on affiche tous les deux des babies). Deux plus tard, je 3bet 3ème avec AJA, trouve un J et un A et bet tout du long pour sortir un short avec une main qui n'avait rien à faire là (QJ58J). Ces quelques mains me donnent en plus assez de respectabilité pour commencer à voler derrière et je termine à 6400 cette heure que je pensais cruciale avec le rapport stack/stakes devenu plus important et l'apparition des premiers shortstacks.

Quatrième heure sans trop d'histoire. Je raise deux As en HE et prend chaque fois les blinds. Rien en O8. Une main en razz (je vais recevoir TT, JJ, QQ, KK, AA, 444 et 999... merci beaucoup). Shoot un short en Stud avec un AA qui tient face à 99. Prend un joli pot avec JKJ qui trouve d'entrée son K vs un 8896 qui va tenter de me bluffer et va s'accrocher à sa poubelle. Mais je vais perdre l'essentiel des jetons gagnés durant ce tour sur une main bien moche de Stud 8. Vilain rentre avec un 949 horrible, me raise en 4th où il touche un 5 alors que je rentre un 8 pour bien accompagner mon 4 visible et s'accroche derrière pour trouver un runner runner runner low qui lui permet de sccoper. nh, dude. Une heure pour rien, 6400 encore et toujours.

Premier gros coup dur dès le début de la 5ème heure avec un AK qui se fait reraiser pf et loupe derrière. JT au flop pour me faire tenir, bien sûr. Puis J au turn pour me laisser espérer que les T soient aussi des outs vs une paire moyenne et me laisser quelques possibilités de bluff. Mais la river J tue tout espoir de bluff. Je me refais un peu derrière avec AJs vs JT. Puis en O8 avec un nut lo. En razz avec quelques petits pots. Shoot encore un short en stud qui décide d'aller au bout du monde avec sa paire de 3. Et ramasse quelques chips en hilo très tranquillement. Up to 8800, pépère.

J'imaginais que la sixième heure serait la plus délicate et je n'ai pas été déçu. Les blinds pèsent de plus en plus et on peut s'attendre à ce que le rythme des éliminations augmente considérablement. De même que le tapis moyen qui devrait facilement doubler. Rien en HE. Un peu de chips en O8 en amenant un gars avec straight draw à bluffer ma petite flush. Puis un assez gros coup derrière avec un peu de prise de risque : A258 limpé en premier de parole, payé au CO et HJ. Je lead sur Q34 avec deux carreaux, CO raise, BU call, BB (short) est all-in. Turn 4 bettée par CO. River 2 de carreau et je décide de lead en pensant avoir le meilleur lo, CO un full et bouton sur un mauvais flush draw (mauvais car dead). CO raise et BU call à regret, plan sans accroc, papa à 12000. Nouveau shoot de short avec AA6J (14600). Trois petits pots en razz pour payer les ante/BI. Mais le stud va se révéler catastrophique. Je limp 99T, payé par 4 et 2. bet mon Tc5h, raisé par 4s6c et flat callé par 2s7d. La 5th me donne un T que je lead (pour info), payé par 466 et 27Q. 6th nous donne respectivement un 4, 9s et As. Nouveau lead, nouveau double call. Et j'abandonne 7th quand la paire de 6 lead, encore payé par le donkey qui affiche tout et n'importe quoi. A raison, 666 en face (m'a pris au moins une street de trop pour le comprendre) et KK chez le caller (gg buddy). 10600. Je perds un autre pot (plus petit cette fois), contre le donkey qui flat callais avec son KK caché mais prend cette fois l'initiative à la 5th. 7500. Remonte à 12k sur un rolled 3. Et retombe à 7800 quand mon KK perd vs un short avec JJ qui trouve d'entrée sa seconde paire. A73 en stud hilo, 3betté pf par J77 et QKK mais je draw comme une bouse. 5800. 478 tire aussi mal et je termine cette heure crippled : 4200.

Pas tout à fait le scénario prévu. On est à deux encablures de la bulle et je peux espérer un peu de fold equity de la part des deux autres short stacks de la table. Mais je suis séparé d'eux par deux gros stacks. Et le HE n'est pas vraiment le jeu parfait pour gambler shortsacked... Rien avant les blinds, down to 3000. Un ATs me donne les blinds. Pareil pour mon KQ en seconde position (short de BB). Première prise de risque avec A5QQ en bataille de blinds. Le board est scary à mort mais sa flush ne rentre pas et ma QQ est suffisante pour le hi. Rien de jouable en razz. Et mon voisin de droite est assez malin pour ne pas me laisser d'opportunité de steal ('culé!) et je passe la bulle avec un somptueux stack de 1615 (lol). Ma première main de stud me donnera un peu d'espoir. J'ai 2QK, les joueurs derrière moi affichent K, Q et 3 (BI). Je tente ma chance mais me retrouve face à KK... et trouve un joli brelan de 2. On remonte à près de 5000. Je vole avec 79T et passe à 6400. Fold mon K-rags en bonne position la main suivante, sûr de trouver plus d'action que je ne le voudrais. Nouveau vol avec AQK (7900). Fold un TT2 de BI vs un Q qui raise dans les premières positions . J'avais simplement payé le BI en pensant surelancer mais ce gars est beaucoup trop tight pour ne pas avoir mieux que moi. Q5Q derrière, payé par XXK qui bet son 8 en 4ème, papa flat. 5 pour moi en 5th mais K chez lui et je vais user les dernières secondes de mon timer. Je finis par folder pour sauver mes 4800 chips et ce charmant jeune homme (le même que la Q vs mon TT2 avant), montre gentiment son AKK8K. phew, pas mort, encore ! Je raise la première main potable derrière (Ac9cT) mais suis payé par le BI avec 844 et je n'améliore pas (enfin, si, mais il améliore mieux).


Ca rapporte tout juste $400 pour 7h de boulot, et dieu sait que, sur ce tournoi en particulier, l'ITM n'est en aucun cas mon objectif, mais dieu que c'est bon ! Bordel ! Hier, j'ai retrouvé certaines des sensations que j'avais perdues depuis un moment. Il est bien évidemment trop tôt pour crier victoire. Mais je pense vraiment que mes récents soucis venaient juste d'un manque de rigueur. A un certain laisser-aller : aucune main en soi n'est vraiment moche ou loupée. Mais, mises bout à bout, cela représente une quantité impressionnante de jetons perdus sans raison réelle. Et autant de chances en moins de succès (autrement dit, d'aller deep pour défendre ses chances).

Le problème n'est pas de jouer tight ou loose. Mais de jouer au mieux. Et de ne pas ajouter à la variance inhérente aux fields qu'on affronte, un petit % par-ci, un autre par-là, simplement car notre jeu n'est pas optimal. Jouer correctement peut suffire pour être un joueur gagnant en Cash Game (à certaines limites... raisonnables, en tout cas. Et avec un winrate acceptable). Mais c'est insuffisant en tournoi. Il ne suffit plus de battre le rake pour être gagnant (ou d'avoir un winrate correct en NL400 pour en vivre). Il faut arriver à surmonter la variance qui est tout simplement monstrueuse dès que les fields dépassent les 500 joueurs (et dégager un ROI nettement supérieur à 50% pour en vivre).

Hellmuth est probablement le joueur qui a poussé cette limite à l'extrême. C'est une pure machine à tournois. Ca ne sera jamais le meilleur joueur du monde. Oublier cela, c'est oublier que le tournoi possède sa propre logique; qui n'a rien à voir avec celle du cash game. Et s'exposer à subir de plein fouet une variance inhumaine. Au lieu de chercher à la contrôler (pas de raison non plus d'en avoir peur. Mais le pire est de la subir, de... l'entretenir, un peu comme l'oxygène entretient l'incendie. Chaque petit faux-pas, chaque imprécision, chaque jeton perdu inutilement (ou pas gagné alors qu'on le devait), attise le feu qui gronde et menace la demeure du joueur. Sa bankroll.

Quel dommage qu'il ait fallu attendre si longtemps pour que je me rende compte de l'évidence (en supposant qu'il n'y avait que cela comme problème à régler, ce qui n'est pas certain). Reste à savoir si je joue le $530 mixed Omaha 8 de demain. Je n'en suis pas encore certain. Le buy-in est un peu trop élevé et j'ai rejeté quelques offres de stacking la semaine dernière vu mon état de "forme" du moment. On verra bien. Sinon, je tenterai probablement le $320 6-max du 17.


En attendant, ce sera tout ce kipik, qui grind les low buy-ins histoire de retrouver de bons réflexes, pour aujourd'hui (et qui ne comptait pas pondre un tel pavé, lol)

  1. gravatar

    # by Hakim - 1:41 PM

    LOL@Kipik dans ton cul !

    Bon ben sacré pavé en effet, un peu dommage que je n'ai pas assez d'expérience en Stud pour comprendre le déroulements des coups que tu détail.
    Content pour toi que tu ai retrouvé un peu de réussite en tout cas !
    GL at the table !

  2. gravatar

    # by Dr Sp@des - 5:51 PM

    "Winning Poker Tournaments, One Hand At A Time" commandé sur Amazon, 2 semaines de délai ...
    J'espère que l'anglais du bouquin n'est pas trop compliqué.
    bonne pub Kipik ;-)

  3. gravatar

    # by kipik@laposte.net - 6:05 PM

    kipik dans ton cul : je tiens à remercier bertrand pour m'avoir fait découvrir cette merveille. On reconnaît les gens qui ont un "vrai" travail (et tellement de temps libre...)

    et wow pour le délai. Plus en stock ? C'est donc que ça se vend pas trop mal, gg

  4. gravatar

    # by Anonyme - 11:15 PM

    hey, mais je t'ai reconnu!!!
    ce soir t'es... LE ROI DE LA BULLE!!!!!

    trop fort ton déguisement!!!

Related Posts with Thumbnails